Les vacances sont terminées. C’est la rentrée pour tout le monde et le championnat de France d’enduro n’échappe pas à la règle. Il reprendra ses droits les 31 août et 1er septembre prochains, à Sancey-le-Grand, dans le Doubs. Et si vous avez été nombreux à vous détendre sur les plages cet été, il n’a pas été de même pour les membres du Team Enduro Franche-Comté qui ont travaillé d’arrache-pied pour peaufiner l’organisation de cette épreuve. Avec à leur actif l’organisation de l’ouverture du Championnat de France en 2011 (qui avait été un vrai succès), on peut s’attendre à une course d’une grande qualité. Les 300 pilotes engagés évolueront sur une boucle de 75 km dans la Vallée du Doubs au cœur de paysages superbes et sur un parcours très varié, boisé, et qui pourrait s’avérer très difficile en cas de mauvais temps.
Ce parcours sera tracé en «queue de cerise». Les pilotes quitteront donc le paddock (situé au cœur de la ville – Coordonnées GPS N 47° 18.204′ E 6° 35.451′) après le départ et n’y retournerons qu’en fin de journée. Ils entreront très rapidement dans le vif du sujet en se confrontant au chrono de la SP1 8 minutes seulement après le départ. Cette spéciale, située à Rahon (Coordonnées GPS N 47° 19.853′ E 6° 35.152′ ) est tracée sur un chaume avec des sauts, ainsi qu’un passage en sous-bois. Elle devrait se rouler en 5 minutes.
Les pilotes rejoindront ensuite la SP2 (Vellerot- Coordonnées GPS N 47° 21.103′ E 6° 35.386′ ) après 20 minutes de roulage. Ils auront alors affaire à une ligne/banderolée d’environ 6 minutes mélangeant sous-bois et prairie. Dès la sortie de la spéciale, ils pourront ravitailler au CH1 et s’élancer pour une boucle d’une heure qui les mènera à la SP3 (Belvoir – Coordonnées GPS N 47° 18.719′ E 6° 36.980′) Cette ultime spéciale présentera un profil type «prairie», avec des portions typées extrême. En suivant, les pilotes pointeront au CH2 et s’élanceront pour le second tour.
A noter que la SP1 sera courue une quatrième fois à la fin de la journée, avant l’arrivée. Cette SP1 sera d’ailleurs une zone à privilégier par les spectateurs. A proximité du centre-ville, elle accueillera un village VIP avec de nombreux exposants, partenaires locaux et associations de sports mécaniques, ainsi que quelques grands noms du mon de de la moto: Vincent Philippe, septuple champion du monde d’Endurance, ou encore Jean-Pierre Mougin, actuel secrétaire général du Comité National Olympique. De quoi passer du bon temps en attendant le passage des pilotes.

Des pilotes qui, eux aussi, devront rapidement retrouver leurs automatismes après cette longue pause. Même si l’on est déjà à la fin de l’été, nous n’avons pas encore atteint la moitié du championnat et tout changement dans les classements reste encore possible.
C’est probablement ce que gardera en tête Jérémy Joly (HM-Honda), actuel second du classement E1, qui tentera d’aller bousculer Antoine Meo (KTM), leader de la catégorie. Le Dignois s’est adjugé fin Juin son 4e titre mondial consécutif, avant même la fin du championnat, et compte bien en faire autant avec le titre national, au guidon de la petite 125. Marc Bourgeois (YAMAHA) reste lui aussi un candidat sérieux à la victoire. Il a récemment remporté la Rand’ Auvergne, célèbre classique auvergnate, démontrant une vitesse et une détermination qui font de lui l’un des pilotes à suivre de près.
Chez les
E2, c’est Julien Gauthier (Moto Pulsion-Sherco) qui jouera les outsiders. Le numéro 2 du classement des «mid-sizes» vient de remporter avec 2 de ses coéquipiers l’épreuve de la Chinelle, en Belgique, et fait depuis le début de l’année l’une de ses plus belles saison en enduro. La tâche qui l’attend sera cependant gigantesque, car il aura face à lui Pierre-Alexandre Renet (Husaberg). Le Normand n’a pas réalisé la saison de Mondial qu’il aurait souhaité et ne pourra compter que sur un coup du sort pour conserver son titre de champion du monde. Gageons qu’il mettra tout en oeuvre afin de conserver sa plaque de numéro un français.
La catégorie E3, ultra-dominé par son leader Christophe Nambotin (KTM), lui aussi fraîchement auréolé d’une nouvelle couronne mondiale, verra le retour attendu du pilote Gas Gas Rodrig Thain, enfin sorti de l’infirmerie après une longue convalescence.
On pourra compter également sur Matthias Bellino (Husaberg) pour tenter d’accrocher Christophe Nambotin. S’il n’est pas diminué par des problèmes de santé dont il a du mal à se défaire cette saison, Matthias a prouvé qu’il avait la vitesse pour bousculer le patron des grosses cylindrées.
C’est dans la catégorie Junior que les écarts de points entre les 3 premières places sont les plus importants. Loïc Larrieu (Husaberg) domine nettement les débats en cumulant le maximum de points possible (80), et aura une nouvelle fois la faveur des pronostics. Derrière lui, on retrouve les 2 pilotes aux couleurs de l’Armée de Terre, Kevin Rohmer (EEAT-Yamaha) et le surprenant Jérémy Miroir (EEAT-Yamaha) qui occupe déjà une marche du podium (la 3e) pour sa première saison en Junior. Il faudra cependant qu’il soit vigilant car il subira les assauts de Swan Servajean (Yamaha) et Guillaume Gagnoud (Yamaha), à seulement 3 et 5 points derrière lui.
C’est finalement la catégorie féminine qui apporte le plus de suspense, avec un visage inédit en tête du championnat, celui de Géraldine Fournel. La pilote Husaberg fait une saison remarquable. Elle représentera d’ailleurs la France aux prochains ISDE aux côtés de Juliette Berrez (Yamaha) et d’Audrey Rossat (KTM). Elle prendra le départ à Sancey avec un leadership fragile, ne comptant qu’un petit point d’avance sur Blandine Dufrène (TM) et 6 sur Marion Gimbert (TM).

Le moto club «Team EFC» vous donne donc rendez-vous le 31 août à 8h30 pour le départ de cette 3e manche du Championnat de France d’Enduro 2013.

Le Service Communication de la FFM, retrouvez toutes les infos du championnat sur www.enduro-france.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici