La bataille fait rage dans toutes les catégories de l’enduro mondial. A tout seigneur tout honneur, commençons par l’E1. Après s’être partagés les victoires en Espagne, Méo et Aubert ont repris leur duel fratricide. Cette fois pourtant, l’officiel HVA a réussi à dominer les deux jours de course. Si le samedi, Antoine l’emporte pour trois petites secondes, il creuse l’écart le lendemain grâce notamment à la contre-performance de Johnny’Au dans la SP2, où il ne réalise que le 14ème temps à plus de trente secondes des meilleurs. Du coup, Méo prend seul la tête du championnat, mais l’officiel KTM, avec ses deux secondes places, reste à l’aspi en terme de points. Derrière, c’est la guerre également entre Remes et Guerrero, qui lutte à coups de secondes pour savoir qui va monter sur le podium. 3/4 contre 4/3 sur l’ensemble du week-end, ces deux-là ne lâchent rien. Julien Gauthier, lui, a fait preuve de régularité avec deux belles cinquièmes places à son actif. Chez les autres français, Nico Deparrois signe un 9/6 encourageant, de même que Jordan Curvalle (8/10) ou Sebastien Bozzo (11/12) qui continue d’apprendre le très haut niveau.
En E2, pas non plus de hiérarchie établie. Cervantès et Ahola continuent de se partager les victoires au grès des aléas de course. Le finlandais s’impose le samedi, Cervantès ayant eu du mal à se mettre dans le bain d’entrée avant de monter en puissance au fil de la journée. Trop tard. Le lendemain, l’espagnol est mieux réveillé et impose d’emblée un rythme soutenu qui va pousser Ahola à la faute dès la SP3, où il va perdre plus de quarante secondes sur son rival. Dès lors, Cervantès peut se contenter de gérer son avance. Signalons la superbe performance de Pierre-Alexandre Renet, quatrième le samedi et sixième dimanche. Le néo-enduriste a vite compris le fonctionnement des machines à plaque-phares… Mention bien mais peut mieux faire pour Planet, bon sixième le samedi mais seulement dixième le lendemain. Paganon signe un régulier 7/8, alors que Thain a chuté lourdement le premier jour et n’est pas reparti le dimanche.
Chez les E3, on attendait la réaction de Nambotin après la domination de Knight en Espagne. Le samedi, notre français attaque d’entrée pour s’imposer avec deux petites secondes d’avances sur le colosse de l’Ile de Man. Moins saignant le lendemain, il concède la victoire à Knight, et se fait même subtiliser la seconde place par Albergoni. Malgré cela, il reste en embuscade au provisoire, mais attention de ne pas laisser le grand David prendre trop confiance… Seb Guillaume était une nouvelle fois en mode torture pour sauver quelques points, ce qu’il a parfaitement réussi avec un beau 6/5 sur le week-end. Rudy Cotton était présent avec la Beta et score un 14/15.
Enfin, chez les Juniors, l’homme fort de la catégorie pour le moment se nomme Santolino. Vainqueur les deux jours, l’espagnol grignote à vitesse grand V l’avance de Jey Joly au championnat. Deux fois seconds, le pilote HM-Honda a pris le meilleur sur Guerrero, un autre candidat sérieux au titre. Notez le podium du soldat Romain Dumontier le samedi. Dommage qu’il n’ait pu faire mieux que huitième le lendemain.
On retrouvera cette joyeuse bande en Italie les 22 et 23 mai prochain.
Retrouvez l’ensemble des résultats en cliquant ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici