Après une journée de « repos » attendue et appréciée samedi, les concurrents du Dakar sont repartis pour une nouvelle étape hier dimanche. Autos et motos sont à nouveau parties sur deux itinéraires différents. La première partie de la deuxième étape marathon, qui a mené pour la première fois les pilotes en Bolivie, a été remportée par Joan Barreda (Honda). La deuxième place est revenue à Marc Coma (KTM) et Cyril Despres (Yamaha) a terminé troisième (à 5’35). Déception en revanche pour Alain Duclos (Sherco), piégé par sa position d’ouvreur en piste et victime d’une erreur de navigation en début de parcours, qui au final lui coûte près de 20 minutes à l’arrivée à Uyuni. Conséquence au général, le pilote Sherco perd sa 3e place provisoire, pour seulement 32 secondes au profit de Jordi Viladoms (KTM). Le porteur d’eau de Marc Coma, nouveau 3e mais à plus de 38 minutes du 2e, Joan Barreda, soit presque exactement le même écart qu’entre le pilote Honda et le leader Coma.

Laia Sanz (Honda), seule femme en course en catégorie moto a terminé 12e de l’étape 7 et elle est 19e au général.

Coup de chapeau à Xavier de Soultrait (Yamaha), le « débutant », qui assure pour son premier rallye : il est 32e au général.

Résumé vidéo de l’étape 7

Ils ont dit :
Marc Coma«La spéciale était très belle. C’est la première fois qu’on venait en Bolivie et c’est vraiment très beau. Mais avec l’altitude et le froid je n’ai plus de voix, je suis totalement aphone. Il n’y a pas grand-chose à faire sur la moto.»

Joan Barreda : «Je suis content de la journée. Je suis parti en 3e position. J’ai rattrapé la tête et j’ai ouvert toute la journée à un bon rythme. Il y avait beaucoup de navigation. Marc m’a rejoint et on a bien roulé. Il fallait faire attention car les pistes étaient glissantes et dangereuses. À la fin il y avait à peu près 40 kilomètres de boue, là aussi il fallait être prudent. Mais il n’y a pas eu de problème. J’ai maintenu le rythme jusqu’à la fin. Vraiment très content de l’étape.»

Cyril Despres : «Cette première semaine n’a été facile pour personne. Les organisateurs ont promis un rallye difficile et ont sans doute tenu leur promesse. De nombreux pilotes, y compris certains des meilleurs, sont déjà hors de la course. Le fait que nous sommes une nouvelle équipe avec une nouvelle moto a rendu le défi encore plus difficile. Nous avons eu quelques problèmes qui nous ont coûté un temps précieux. Si mon analyse est correcte, la deuxième semaine va être encore plus difficile et de mon point de vue, ce sont de bonnes nouvelles. A ce jour, je ne sais pas le nombre de places que je serai capable de remonter au classement, mais si la deuxième semaine est semblable à la première alors tout peut arriver. Le «charme» du Dakar est que personne ne connait le résultat jusqu’à la fin de la dernière étape. Moi ce que je sais, c’est que je vais tout donner jusqu’à la fin. Je suis un pilote – je ne sais pas faire autrement »

David Casteu : «On dort à 4000 m d’altitude, de nombreux pilotes sont malades, vomissent. On a du mal à respirer. La spéciale a été relativement rapide avec beaucoup de pistes, c’était glissant. Je suis resté très prudent, j’ai bien assuré pour cette remise en route. J’avance jour après jour, c’est une journée de plus, j’essaie de conduire sur la technique plus que sur le physique. Je m’efforce de bien placer ma moto dans les virages. Maintenant, j’attends les dunes du Chili et le sable pour essayer de faire un coup de navigation. Ma clavicule me fait énormément souffrir, je sens l’os qui bouge. J’ai déjà pris rendez-vous à l’hôpital Larchet avec le professeur Boileau, le mercredi de mon retour pour me faire opérer.»

Alain Duclos : «Je ne me suis pas vraiment préoccupé de l’étape car j’avais encore le décès d’Eric (Palante) en tête, et aussi le mal de crâne avec l’altitude. Donc je n’étais pas vraiment dedans. Du coup, je me suis perdu d’entrée dans la 1re partie de spéciale, et ensuite j’ai juste cherché à rallier l’arrivée. Et puis, dans la 2e partie, je me suis réveillé et j’ai attaqué au maximum pour essayer de contre-balancer le temps perdu dans la 1re spéciale. En tout cas, la moto va nickel, toute l’équipe Sherco a beaucoup travaillé sur la machine et ça paye : rien A Signaler, tout va bien.»

Aujourd’hui, un tour complet du plus grand lac salé au monde, Le salar d’Uyuni, est au programme de la huitième étape. Après 24 km de liaison, les motos prendront le départ de la spéciale de 462 km.

Résultats étape 7
1 Joan Barreda 03:28’41 ESP HONDA TEAM HRC
2 Marc Coma +04’03 ESP KTM KTM Red Bull Rally Factory
3 Cyril Despres +05’35 FRA YAMAHA Yamaha Racing
4 Joan Pedrero +06’57 ESP SHERCO Sherco Rally Factory
5 Kuba Przygonski +08’56 POL KTM KTM Rally Factory
6 Jeremias Israel +10’04 CHL SPEEDBRAIN Team Speedbrain
7 Helder Rodrigues +10’57 POR HONDA TEAM HRC
8 Mario Patrao +11’27 POR SUZUKI RR Motos Credito Agricola Suzuki
9 Olivier Pain +11’37 FRA YAMAHA Yamaha Racing
10 Jordi Viladoms +11’57 ESP KTM KTM Red Bull Rally Factory

Classement général après étape 7
1 Marc Coma 26:40’44 ESP KTM KTM Red Bull Rally Factory
2 Joan Barreda +38’14 ESP HONDA TEAM HRC
3 Jordi Viladoms +01:16’03 ESP KTM KTM Red Bull Rally Factory
4 Alain Duclos +01:16’35 FRA SHERCO Sherco Rally Factory
5 Jeremias Israel +01:39’29 CHL SPEEDBRAIN Team Speedbrain
6 Olivier Pain +01:50’42 FRA YAMAHA Yamaha Racing
7 Kuba Przygonski +01:54’52 POL KTM KTM Rally Factory
8 Helder Rodrigues +02:08’18 POR HONDA TEAM HRC
9 David Casteu +02:23’50 FRA KTM Team Casteu
10 Cyril Despres +02:26’13 FRA YAMAHA Yamaha Racing

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici