On peut distinguer 6 grandes familles de motos. Les routières, pour les longs trajets. Les sportives, issues de la vitesse. Les roadsters, urbains et polyvalents. Les cruisers, pour dévaler la route 66 avec style. Les dual sport comme les trails ou les adventures.
Et enfin les motos tout terrain, parmi lesquelles les trials, les enduros et les motos cross. Faisant partie de la même catégorie, les cross et les enduros ont forcément de nombreuses similitudes. En termes d’aspect extérieur pour commencer.
Une moto tout terrain propose une selle haute, sur laquelle le pilote se tient relativement droit. Sur ces motos, le guidon est large. Les suspensions ont un fort débattement, car elles sont souples pour de meilleures sensations sur les terrains bosselés. C’est aussi pour de meilleures sensations qu’une tout terrain est bien plus légère que la moyenne. Plus de réactivité, de fluidité dans les mouvements. Ce rapport poids / puissance permet une meilleure explosivité, qui plus est sur des deux temps. Enfin, elles sont généralement équipées de moteur à un ou deux cylindres, voire trois plus occasionnellement. Dernier point, on reconnaît de loin une moto tout terrain à ses pneumatiques à plus longs crampons.
Pour le pilote aussi, cela implique un équipement différent. Notamment pour être protégé face aux projections de cailloux ou aux giclées de boue. Privilégiez des équipements renforcés et imperméables pour en profiter à fond.

Quelle utilisation des cross et des enduros ?

L’enduro et le cross sont avant tout des disciplines, des sports à part entières avec leurs règles et leurs objectifs. Si l’on devait faire un raccourci, on pourrait dire que le cross ressemble au sprint, et l’enduro au marathon. On cherchera plus la performance de vitesse sur le cross, avec le matériel en conséquence. L’enduro, c’est plus une question de continuer à avancer sur la durée, sur des épreuves plus longues.

La Moto Cross

On pratique plutôt le cross dans des espace clos et privés. Cette utilisation sur circuit fermés permet de se soustraire à la réglementation de la voie publique, et rester dans un esprit de compétition. Les moteurs sont plus réactifs, plus nerveux, pour faire la différence avec une forte accélération, même sur une montée en pente raide ou à la sortie d’un virage serré.
L’échappement fait souvent plus de bruit. En effet, n’étant pas contraint à un volume maximal à dépasser, les motos cross font marcher le compteur de décibels. Courses et compétitions deviennent rapidement de vrais concerts !
Le cross, c’est aussi plus de sauts. Pour les suspensions et la fourche, on préférera donc la fermeté. Pour le moteur, l’accélération et la reprise priment sur la vitesse de pointe. Pour de meilleures performances, on règle des rapports plus courts sur la boîte de vitesse.
Pour finir, le cadre privé évite au propriétaire de moto cross toutes les tâches administratives. Pas de carte grise, pas de certificat d’assurance. Ce qui implique également l’absence de plaque d’immatriculation et de feux de signalisation. Du coup, pour acheminer votre moto cross en compétition, il vous faut une remorque homologuée.

L’ Enduro

Une enduro peut être autorisée à rouler sur la voie publique, si elle respecte les règles d’homologation. C’est très souvent le cas. Carte grise, assurance, permis moto, numéro d’immatriculation et plaque d’immatriculation homologuée aux bonnes dimensions sont nécessaires. Les enduros sont alors soumises aux réglementations de la voie publique, avec une attention particulière sur les sons émis sur les routes et chemins. C’est plus encadré. Si vous n’utilisez votre enduro sur la voie publique mais uniquement sur des pistes, vous êtes dispensés de ces contraintes.

Techniquement, une moto enduro va avoir des rapports plus longs, pour donner de l’allonge à la moto sur de plus longs segments. L’accélération sera naturellement moins marquée, et la gestion du ralenti sera aussi plus souple et douce. Les pneumatiques sont adaptés aux terrains accidentés et boueux, d’où des crampons particulièrement massifs. Ce qui permet une meilleure évacuation de la boue pour éviter le bourrage, et des chocs mieux absorbés. Mais ils restent performants sur les revêtements durs et les circuits hybrides. L’enduro est plus polyvalente, avec des réglages et des équipements plus généralistes pour avancer sur tous types de terrains.