dakar rally étape 3

Pour la deuxième édition du Rallye Dakar en Arabie saoudite, le spectacle était bel et bien présent. La victoire finale de Benavides en moto a marqué un événement historique dans cet enduro géant pour la 43ème édition de cette compétition. Des larmes aux rires, des moues aux sourires, que faut-il retenir de ce Rallye Dakar 2021 en moto ? 

L’énergie au coeur de certains prototypes 

Hybrides, électriques ou à hydrogène, certains véhicules ont alimenté les discussions en termes de nouvelles technologies. Plus récemment, c’est le constructeur allemand Audi qui a secoué la planète de l’automobile en annonçant la présence d’une voiture hybride lors de l’édition 2022. 

Le tracé de l’édition 2021 a lui, emmené les concurrents sur des terres magnifiques, où l’erreur était aisée. Des lieux d’exception furent visités. Les différents pilotes auront d’ailleurs dû s’émouvoir dans la chaleur de leurs casques, de la beauté de certains paysages. La présence de véhicules hybrides aura aussi permis de mettre en avant l’aspect environnemental au sein du plus mythique des rallyes-raid internationaux. De tels décors sont naturellement à protéger et c’est pour cela que des événements marquants comme le jour de la Terre insistent sur la nécessité d’une évolution. La présence de véhicules de ce type l’encourage à coup sûr. 

Le sacre de Kevin Benavides 

Historique. Telle est devenue la renommée du trophée remporté par l’ArgentinAvec seulement quatre minutes d’avance sur son coéquipier chez Honda, Ricky Brabec, il est devenu le premier sud-américain à remporter l’épreuve en moto. Après la migration du Dakar sur ce continent il y a quelques années, cette prouesse a clairement prouvé aux organisateurs et à ASO, que de nombreux pilotes s’étaient pris de passion pour ces rallyes-raid, notamment après le passage du Dakar non loin de chez eux.
Bien que Benavides fut un pilote chevronné bien avant cet exil du Dakar, la dimension planétaire de cette course s’est réellement exposée au fil des années. 

dakar rally étape 10
La course fut animée ! 

La protection accrue 

Avec des machines toujours plus perfectionnées et des pilotes de plus en plus rapides, les accidents n’ont pas cessé ces dernières années et ce, peu importe les régions visitées. Pour cela, les organisateurs, sous la houlette du directeur de l’épreuve David Castera, ont imposé un certain nombre de mesures pour cette nouvelle édition. 

Le gilet airbag est donc devenu obligatoire pour l’ensemble des pilotes des catégories moto et quad. Certaines zones considérées comme à risques furent indiquées et il fut même possible que certaines de celles-ci soient limitées à 90 km/h pour certaines catégories. Enfin, des alertes sonores issues des aides électroniques des différents participants leur indiquaient ces fameuses zones à risques lorsqu’ils s’en approchaient. 

Malheureusement, ces avancées n’ont pas empêché le pilote amateur français Pierre Cherpin, de trouver la mort. Tombé lourdement lors de la 7ème étape, le pilote lillois n’a pas résisté à ses blessures, décédant des suites d’un traumatisme crânien alors qu’il se trouvait dans l’avion le rapatriant en France. 

La deuxième vie de Franco Picco

Pour les connaisseurs, le pilote italien a tout d’une légende. Mais les plus jeunes générations ne le connaissent pas forcément. Et pourtant ! 

À 65 ans, il a bouclé le Dakar 2021, onze ans après sa dernière participation. Avec le dossard 65 sur le dos, bien évidemment, le pilote italien a retrouvé des sensations qu’il n’avait pas connues depuis bien longtemps. Si l’adaptation n’a pas toujours été simple selon ses dires, il a prouvé qu’il était encore un pilote exceptionnel, terminant avec Husqvarna, à la 43e place ! 

Loin de ses trois podiums et de ses victoires d’étape acquis dans les années 1980, Picco a ajouté un nouveau fait marquant à sa carrière de motard. 

Débuts formidables

Pour sa première participation au Dakar, l’Australien Daniel Sanders a signé une partition remarquée. En terminant au pied du podium, il a conclu les douze étapes de manière presque parfaite. Nul doute qu’après un tel exploit (il terminera à 36 minutes de Benavides), Sanders a d’ores et déjà prouvé qu’il deviendrait un favori de cette épreuve, très rapidement.