L’enduro est une discipline qui impose d’être polyvalent à ceux qui prétendent figurer à bon rang sur la scène mondiale. Preuve en a été faite ce week-end à FAFE, dans le nord du Portugal, lors de la deuxième étape du championnat du Monde d’enduro. Julien GAUTHIER et Jérémy JOLY ont dû faire face à un tracé à l’adhérence rendue très précaire par les averses incessantes. Une semaine après avoir affronté les meilleurs enduristes de la scène internationale sur un sol sec et poussiéreux, il a fallu chercher le grip et la motricité. Un exercice dont se sont sorti avec panache les deux pilotes managés par Gilles ALGAY. Revenus à une configuration de course classique à trois spéciales par tour, les concurrents du Grand Prix du Portugal ont toutefois dû déjouer les pièges omniprésents. D’une part dans la spéciale extrême qui a fait office de juge de paix, notamment sur certaines portions rocheuses rendues glissantes par la pluie. Et d’autre part dans la spéciale en ligne, où les sorties de trajectoires étaient facturées cher en secondes.

 

Pénalisé par un poignet sensible, Julien GAUTHIER sait qu’il doit s’accrocher pour rallier l’arrivée les deux jours. Contraint de surmonter la douleur dans les longs secteurs chronométrés, le pilote auvergnat s’applique donc davantage dans la spéciale extrême. Une stratégie payante, puisqu’il s’y impose lors du premier passage chrono et y réalise le troisième temps au tour suivant. Suffisamment véloce dans la ligne et la cross-test, Julien conclue sa journée sur une belle cinquième place. De son côté Jérémy JOLY se livre à un duel sans concession avec celui qui s’annonce comme étant son rival le plus menaçant cette année, Lorenzo SANTOLINO. Les deux juniors s’emparent des commandes de la catégorie à un rythme qui ne permettra pas à d’autres pilotes de les rejoindre. Malgré d’excellents chronos Jérémy termine deuxième. Une place qui lui permet de prendre le leadership du classement provisoire de la catégorie junior dès le samedi soir.
« J’ai réalisé de très bons temps et petit à petit j’ai pris du rythme. Santolino m’a surpris ! Il a été très rapide et surtout il a été régulier ce qui est une qualité en junior. Il a été solide toute la journée et n’a commis aucune erreur. J’ai réalisé des temps très proches des siens, c’est encourageant… » Déclare Jérémy, motivé pour la suite du championnat.
La seconde manche est à l’image de la première, avec en plus la fatigue et un terrain qui s’est creusé. Dès les premiers secteurs chronométrés Jérémy intensifie le rythme afin de ne pas se laisser surprendre. A l’issue du premier tour, le duo vainqueur de la veille mène les hostilités, suivi par l’australien Joshua Green. Jérémy occupe la deuxième place derrière l’espagnol mais cette fois-ci les écarts sont nettement plus faibles que la veille. La seconde journée se termine sur une superbe deuxième place à seulement quinze secondes de la première marche du podium. De son côté Julien joue la carte de la régularité en enchainant des chronos autours de la cinquième place chez les E1. Le sol défoncé réveille sa douleur et pour préserver ses chances au championnat, Julien doit finir la journée. Après avoir tenu un dernier tour, Julien pose enfin sa CRE-F 250R au parc fermé. On peut lire sur son visage toute la joie d’avoir surmonté la tournée ibérique en dépit d’un handicap passager.
Julien commente : « Finir les deux premiers Grand Prix sur une cinquième place est une chose formidable pour moi. J’ai beaucoup souffert de mon poignet et chacune de ces quatre manches a été compliquée à gérer. Il a fallu que je m’accroche et j’y suis arrivé ! Je suis d’autant plus satisfait que mes performances dans les spéciales extrêmes sont encourageantes. J’arrive à rivaliser avec les leaders sur ces portions et c’est très positif car c’est souvent là que la différence se fait. Il me reste un mois avant le Grand Prix d’Italie pour me réparer et poursuivre ma préparation, ça va le faire. »
A l’image de ses deux pilotes, Gilles ALGAY, le manager du team est satisfait : « Le bilan de la tournée Espagne-Portugal est très positif. Nous revenons en tête du classement provisoire chez les juniors avec Jérémy qui semble avoir acquis beaucoup de maturité. Julien est cinquième à seulement un point de la quatrième place du classement provisoire chez les E1 malgré sa blessure au poignet. Le team fonctionne très bien, le travail de chacun est payant. Les motos nous ont donné entière satisfaction lors des deux Grand Prix dans des conditions radicalement différentes. Nous allons consacrer les prochaines semaines à travailler en vue du Grand Prix d’Italie. Il faudra que Jérémy puisse donner la réplique à Lorenzo SANTOLINO en s’imposant face à lui. Julien sera probablement plus à même de pouvoir donner le meilleur de lui-même en vue d’obtenir un classement à l’image de son vrai niveau. »
Ce week-end le pilote du team HM HONDA ZANARDO, Mika AHOLA, s’est brillamment illustré en E2 en remportant la première manche et en obtenant une seconde place le lendemain. Une course en chasse une autre, à peine rentrés de la tournée d’ouverture de l’EWC, nos pilotes s’aligneront au départ de la deuxième manche du championnat de France d’enduro qui se tiendra à Issoire le week-end prochain. Même s’il n’est pas encore « réparé » Julien retrouvera un terrain qu’il affectionne et sur lequel il a su, à de nombreuses reprises, prouver sa vélocité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici