Le Chili est un des pays traversés par le Dakar sud-américain depuis 2009. Mais ce ne sera pas le cas en 2016. Et en 2017?

Le mois de mars a été terrible pour le Chili, qui a connu une éruption volcanique, des incendies de forêt dans le Sud et des inondations dramatiques dans le Nord du pays fin mars. La région désertique d’Atacama a été touchée par des pluies torrentielles et de nombreuses coulées de boue. Le gouvernement chilien a décrété l’état d’urgence dans la région le 25 mars. Les derniers bilans font état de 25 morts, plus de 100 disparus et de 30000 sinistrés.

Le pilote Jaime Prohens, un habitué du Dakar sud-américain (ainsi que son frère Filipe), habite Copiapo, dans la zone sinistrée. Sa maison et l’exploitation (vignes) ont été ravagées. Dans cette interview http://impresa.lasegunda.com/2015/04/02/A/2M2LPAVG/all, il explique que l’aide tarde à arriver, que les habitants ont dû s’organiser par eux-mêmes et que le bilan officiel des victimes est sous-évalué.

Et dans cette autre interview, http://impresa.lasegunda.com/2015/04/08/A/F32LSJD4/all#D22LT7BR, il estime que la catastrophe est un faux prétexte pour le gouvernement chilien pour  ne pas accueillir l’événement.

Vidéo promotionnelle du Chili

Vous pouvez également lire sur  site, les commentaires d’autres pilotes comme Pablo Quintanilla ou Jeremías Israël.

Hier, ASO a publié ce communiqué, annonçant que le rallye ne passera pas au Chili.

« Le gouvernement chilien et la direction du Dakar ont pris acte des difficultés à organiser la prochaine édition du rallye au Chili, en raison des catastrophes naturelles qui se sont abattues sur les régions du nord du pays. Les équipes travaillent d’ores et déjà à réunir les conditions d’un retour de l’épreuve en janvier 2017. Depuis l’arrivée en 2009 du Dakar sur le continent sud-américain, le Chili a occupé une place centrale dans les parcours qui ont été dessinés. Le désert d’Atacama, avec des étapes régulières à Copiapo, Iquique ou Antofagasta, mais aussi les villes de Valparaiso et de Santiago qui ont respectivement accueilli l’arrivée en 2013 et 2014, font désormais partie du paysage du rallye. Au-delà des épisodes sportifs joués sur ces territoires, ces sept années de collaboration étroite ont été l’occasion de tisser des liens entre les autorités chiliennes et les équipes d’organisation du Dakar. En proposant une aventure hors-normes aux concurrents et un spectacle unique aux télévisions qui le diffusent dans 190 pays, le Chili offre au Dakar un terrain d’expression qui s’inscrit idéalement dans la dynamique de découverte permanente qui l’anime en Amérique du Sud.

Lors des dernières semaines, le Chili a été touché par des inondations qui affectent durement le pays et ses habitants, particulièrement les régions du nord qui accueillent traditionnellement le rallye. L’importance des moyens de secours à déployer en urgence, ainsi que des travaux de reconstruction à prévoir dans les mois qui viennent, mobilisent pleinement les autorités chiliennes et rendent impossible la préparation et l’accueil du Dakar dans des conditions normales. Etienne Lavigne, directeur du Dakar, détaille les phases qui ont précipité la décision de renoncer à une aventure chilienne cette année : «nous avons attentivement suivi l’évolution de la situation, et souhaitons que malgré ces catastrophes, la région du désert d’Atacama et les villes qui ont été touchées retrouvent leur vigueur. Mais les nombreux voyages de reconnaissances qui sont nécessaires, en collaboration avec de nombreux services des administrations chiliennes, ne pourront pas être effectués selon le calendrier que nous avions envisagé.» De son côté, Mme Natalia Riffo, Ministre chilienne des sports, précise que «le pays doit s’adapter à la réalité que vivent nos compatriotes dans le nord aujourd’hui. La préoccupation actuelle du gouvernement, c’est d’aider cette région à se relever et d’organiser les secours. Ensuite, nous étudierons la question de l’accueil du Dakar en 2017, comme nous l’avons fait chaque année d’ailleurs.» »

Le parcours de l’édition 2016 du Dakar sera dévoilé à l’occasion d’une conférence de présentation à Paris le 16 avril prochain.

LE DAKAR AU CHILI

> 39 étapes disputées depuis 2009
> Deux arrivées finales : Santiago (2013) et Valparaiso (2014)
> 1 million de spectateurs en moyenne sur la partie chilienne du parcours
> Plus de 400 millions de dollars de retombées médias (valorisation 2015)
> Plus de 36 millions de dollars de retombées économiques en moyenne par édition

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici