fourche XPLORER

Jusqu’alors réservée aux modèles cross, WP entend imposer sa technologie à air sur le marché de l’enduro via sa toute dernière fourche Xplor Pro 7448. Un plan d’action déjà entamé avec la série spéciale 350 EXC-F WESS 2021 dotée d’une fourche à air, mais pas encore doublée par la technologie Cone Valve, la vraie nouveauté de ce modèle 7448. A l’arrière, le Supertrax, jusque-là réservé aux WP à biellettes, débarque pour la première fois pour le PDS avec l’amortisseur Xplor Pro 8946. Premier contact sortie de caisse avec cette partie-cycle à 5 000 euros.

Pas de ressorts. Un tube rempli d’air, l’autre qui s’occupe de l’hydraulique. C’est ce qu’offre la dernière fourche haut de gamme de chez WP. Une technologie pneumatique dans laquelle la firme autrichienne croit énormément, alors que dans le même temps, les marques japonaises semblent faire marche arrière sur les productions de série.

fourche WP XPLORER

Fourche XPLORER : l’air sur le Papier  

Pourtant, l’air offre énormément davantage pour Patrick Fura de WP France. Pour ce qui est du poids déjà, avec deux ressorts en moins à embarquer. Un tube s’occupe de l’hydraulique et dispose de la technologie Cone Valve, qui réside dans l’adoption d’une valve conique permettant un amortissement ferme et linéaire sans perte de confort sur le début de course. L’autre tube assure, lui, l’amortissement pneumatique. Plus la course s’enfonce, plus l’air se comprime et plus la rigidité augmente. Le top sur le papier, puisque chaque utilisateur cherche cette progressivité entre le confort du début de course et la fermeté proche du talonnage. A noter que cette fourche spécialement développée pour l’enduro est plus courte et dispose uniquement d’une chambre de pression positive plus facile à régler, contrairement à celle destinée aux modèles cross, plus longue et équipée de deux chambres de pression, positive et négative. L’autre point fort est la facilité d’adapta- tion de la pression qui fera varier la rigidité de votre fourche. Remplacer les ressorts d’un tarage plus fort ou plus faible se résume désormais à simplement jouer sur la pression d’air de la fourche. Pour l’amortisseur, la technologie Supertrax jusqu’alors réservée aux biellettes est enfin accessible au KTM munies du PDS. Fini le fonctionnement mécanique de masselotte qui venait repousser la roue au sol. Le système est désormais interne à l’amortisseur et l’ouverture du Trax est ainsi gérée par la pression hydraulique de l’huile. La possibilité d’atténuer ou d’amplifier l’effet du Trax, qui repousse la roue vers le sol pour conserver une traction optimale, est désormais possible via une vis de réglage extérieure. Mais la révolution ne s’arrête pas là, avec une conception entièrement revue en adoptant, comme beaucoup de leurs concurrents, une membrane pour séparer huile et gaz au niveau de la bonbonne d’amortisseur.

Fourche comme amortisseur étant juste sortis du carton pour notre test, aucune modification n’a donc été apportée à ces éléments haut de gamme WP. Seule la pression à 9,6 Kbar a été vérifiée pour bien s’accorder au ressort d’origine de l’Xplor Pro,
un linéaire de 75 mm

fourche à air XPLORER

Bien nés

Et pour des suspensions aux settings non personnalisés, je dois bien avouer que j’ai été surpris du résultats. L’équilibre entre l’avant et l’arrière est parfait et procure une bonne balance. La fourche se montre plutôt confortable lorsque la moto est dans l’axe. Je ressens alors parfaitement cette progressivité qu’offre l’air. Plus ça tape, plus ça se durcit. Marche en descente, saut à plat, freinage dans les trous, rien ne surprend cette Xplor à air qui vient freiner parfaitement la fin de course pour offrir une stabilité exemplaire. Comme j’avais pu déjà le constater par le passé chez la concurrence, l’air montre ses limites sur la lecture des petits chocs sur l’angle. Je n’arrive pas en effet à retrouver le même feeling qu’une fourche à ressort sur le premier tiers du débattements. Rien de rédhibitoire, mais à peine en-deçà de ce que j’ai pu ressentir avec une Cone Valve classique. Un phénomène qui pourra sans doute être compensé par du développement qui viendra certainement gommer ce problème. L’amortisseur Xplor Pro, lui, m’a complètement séduit. Ex-utilisateur du Trax ancienne version, j’avais fini par bloquer le système que je trouvais trop intrusif. Sans parler du claquement qui donnait l’impression d’utiliser un amortisseur en panne. Rien de tout cela avec le Supertrax. L’amortisseur m’offre la tenue nécessaire tout en assurant une traction optimale. De quoi devenir feignant et rester assis dans les relances trouées où je me faisais secouer copieusement avec l’origine. Un vrai fauteuil qui aspire les irrégularités du terrain sans jamais broncher. Et là encore, ce très bon résultat était apporté par un amortisseur sans développement. On ose alors imaginer ce que pourra donner ce nouvel Xplor Pro avec un setting peaufiné par les différents retours des utilisateurs.
Même d’origine, les 5000 euros sont justifiés pour ceux qui souhaitent avoir ce qui se fait de mieux sur le marché. Ne reste plus qu’à mettre les Xplor Pro de chez WP face à la concurrence d’Öhlins, Kayaba et Showa pour un match très haut de gamme. A suivre prochainement tant ces produits changent votre expérience…

Pour encore plus de contenus, rejoignez-nous sur nos réseaux sociaux Facebook et Instagram. Vous pouvez également retrouver tous nos magazines sur notre boutique en ligne.