David Knight © ABC Communication
David Knight © ABC Communication

A un peu plus d’une semaine du troisième round du Championnat du Monde FIM Maxxis de SuperEnduro qui se déroulera le 1er février au Messukeskus d’Helsinki (Finlande), ABC Communication, promoteur du championnat, s’est entretenu avec David KNIGHT (GB – KTM), l’actuel dauphin de Taddy BLAZUSIAK (PL – KTM) au classement provisoire, qui est aussi le «doyen» de la compétition à bientôt 37 ans. Morceaux choisis.

A propos de sa victoire de manche en Allemagne, Knighter déclare : «Cela me donne de la confiance parce que c’est moi qui ai préparé ma moto, avec mes propres moyens, sans test et en utilisant les réglages suspensions que je pensais et que j’avais déjà utilisé par le passé et depuis 2006. Cela semble avoir plutôt bien marché. C’est pour cela que remporter une manche aussi rapidement me donne confiance. En même temps, j’étais un peu déçu car je suis sûr que j’avais la vitesse pour remporter deux courses voir même les trois en Allemagne ! Mais quelques erreurs de ma part et celles d’autres pilotes m’en ont empêché, et pour battre Taddy, il ne faut faire absolument aucune erreur !»

Ave sa « modestie » habituelle, David Knight poursuit : «Je pense que mon pilotage est aussi bon voir meilleur que celui de Taddy ! Mais en ce moment il est en très grande forme physique et c’est là qu’il fait la différence…»

Quant à ses hésitations à poursuivre la compétition, et les commentaires que son attitude ces derniers mois a suscités, il explique : (…) «Je n’ai pas trop entendu les commentaires des gens car je suis resté tranquille durant l’intersaison. Je ne postais pas de vidéo de moi tous les jours sur Facebook et j’évitais de me vendre continuellement comme le font certains pilotes. Certaines personnes pensaient peut-être que j’étais fini mais je suis très loin de la retraite et je sais que je reste à un très bon niveau. Je n’ai pas besoin de constamment parler de moi… Les résultats sont bien plus significatifs !»

Et si David Knight a annoncé sa participation au championnat au dernier moment c’est parce qu’il n’avait «pas de moto, pas de sponsors et [qu’il ne pensait] vraiment ne pas pouvoir participer au Championnat.»
«En plus de cela, Emma et moi avons eu notre deuxième enfant et ce en moins de deux ans. Notre fille Blae est née au mois d’octobre et cela a vraiment été trépidant de jongler entre tout ! Car lorsque l’on a des enfants, il est très difficile de trouver le temps de s’entretenir et il est presque impossible de passer des nuits tranquilles. C’est pour cela qu’avoir un bon entraînement m’a été très difficile. Cela devient très difficile de gagner de l’argent en Enduro et c’est seulement mon amour pour ce sport qui me permet de rester impliqué. J’ai aussi fait avancer plusieurs idées «Business» pour le futur… Beaucoup de pilotes dans ma situation auraient probablement déjà jeté l’éponge. J’ai besoin de gagner ma vie et cela doit devenir malheureusement ma priorité…» explique-t-il.

David Knight a confirmé également avoir signé avec KTM UK, pour des courses Britanniques d’Enduro, d’Extrêmes, de Cross Country, tout en précisant qu’il s’organise seul pour le SuperEnduro.

Parmi les bons mots de cette interview, on citera également
A propos de la non participation de tops pilotes de l’EWC au SuperEnduro : «Je pense que beaucoup de pilotes sont feignants et ne travaillent pas assez ! Mais les constructeurs et les Teams devraient aussi leur mettre la pression afin qu’ils participent au Championnat. Beaucoup de pilotes sur le Championnat du Monde d’Enduro ont une technique désastreuse qu’ils devraient avoir envie d’améliorer. Faire le Championnat Indoor aiderait grandement certains pilotes, surtout les jeunes pilotes et des pilotes proches du podium ou d’un titre qu’ils n’auront jamais à cause de leurs difficultés techniques. Pour des pilotes tels que NAMBOTIN, MEO et RENET, ce serait aussi un plus non négligeable mais comme ils ont déjà remporté des titres… Ils ont déjà un bon programme sans faire le SuperEnduro donc ils n’ont pas forcément besoin d’y participer, ce que je comprends tout à fait. Il y a 10 ans, je pouvais gagner 3 à 4 fois plus sur une course par rapport à maintenant. Alors pourquoi risquer de se blesser sans prime de départ et juste pour une prime d’arrivée ?!»

Retrouvez l’interview complète de David Knight sur le site www.enduro-abc.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici