dabill

James Dabill et Jack Price, voici deux noms qu’il va falloir retenir si vous suivez l’actualité de l’enduro extrême. En effet, les deux anglais s’apprêtent à disputer leur première saison complète dans la discipline, et il va être intéressant de suivre leurs progrès dans cette nouvelle aventure, parce que les deux ont un sacré pédigrée en trial, même s’ils ne sont pas au même stade de leurs carrières ! 

Jack Price, pour commencer, était encore officiel Vertigo en championnat du monde TrialGP l’an dernier. Deux fois champion de Grande Bretagne dans la catégorie reine, champion du monde Trial2 en 2018, il explique avoir tout simplement perdu le goût du trial l’an dernier suite à la pandémie. Surtout, il espère bien, en passant d’une discipline à l’autre à 23 ans seulement, s’offrir une véritable seconde carrière en extrême, à l’image de ce qu’on réussit ses compatriotes Billy Bolt ou Jonny Walker, bien moins brillants trialistes que lui quand ils ont effectué la bascule. Officiel Eurotek GASGAS, un gros team privé british, Price devrait faire ses débuts internationaux à l’Erzbergrodeo. Raté ! 

Niveau trajectoire de carrière, celle de James Dabill ferait plus penser à celle de Graham Jarvis. A 35 ans, Dabill c’est quand quatre victoires au Scott Trial, trois aux Six Jours d’Ecossse, un titre de champion du monde Junior et huit de champion d’Angleterre… Côté franchissement, ça devrait aller, il sait faire. Aidé par l’importateur Beta anglais, Dabill va se concentrer sur l’enduro cette saison, même s’il défendra tout de même son titre aux Six Jours d’Ecosse, puisqu’il est le dernier vainqueur en 2019. 

Si être un top trialiste n’assure pas le succès en extrême, comme on a pu le voir avec Eddie Karlsson, Pol Tarres ou même Dougie Lampkin, l’arrivée de deux noms aussi prestigieux du trial en extrême reste un évènement à suivre avec la plus grande attention. Comptez sur nous !