Rovetta, le « Brioude » italien accueillait le cinquième Grand Prix de la saison. Un retour aux sources pour les organisateurs transalpins qui, aux dires des pilotes, ont mis sur pied le plus beau Grand Prix de la saison. Des spéciales grandioses et techniques, une météo capricieuse et des spectateurs venus massivement, tels furent les ingrédients d’une réussite en tous points. Les duels annoncés en amont de ce rendez-vous en l’occurrence Remes/Nambotin, Meo/Renet et Phillips/Bellino ont bien eu lieu et pour le plus grand plaisir de ceux qui suivent assidûment le mondial, relancent le championnat.

Santolino créé la surprise

Chez les E1 tout était bien parti pour Christophe Nambotin vendredi soir. Vainqueur du Supertest, l’officiel KTM gommait ainsi ses contre-performances dans les deux précédents prologues et on l’imaginait déjà réaliser le doublé face à Eero Remes. Et pourtant le scénario potentiel a vite viré au cauchemar pour Nambot’1 qui, en difficulté dans l’extrême dès le premier jour, lâche 26 secondes au pilote TM. Malgré des temps canon dans la spéciale en ligne, Christophe ne pourra faire mieux que deuxième. Le lendemain, le scénario reste identique en tous points hormis l’intervention de Lorenzo Santolino qui  remporte la manche à la grande surprise de tous. Eero Remes prend les commandes du championnat avec un seul point d’avance sur le champion du Monde en titre. Compteurs quasi à zéro chez les E1, le Grand Prix de Belgique s’annonce comme étant la grosse charnière de l’EWC 2015 dans la catégorie des petites cylindrées.

[youtube id= »Enter video ID (eg. 0aH0SsYsLCM) » width= »600″ height= »350″]

Un partout la balle au centre

Pierre Alexandre Renet, en retard de points sur Antoine Meo s’est imposé à l’issue d’un duel qui restera dans les mémoires. Le lendemain Antoine a repris le dessus, l’écart de points reste donc le même, soit un avantage de 13 points pour Meo. Alex Salvini a tenu son rôle de local de l’épreuve en montant par deux fois sur la troisième marche du podium. On l’attendait certainement plus incisif mais visiblement le rythme imposé par les duellistes Pela-Meo n’a pas été dans ses cordes. Une fois encore, Johnny Aubert a été contraint de jeter l’éponge suite à des douleurs dorsales persistantes.

meo-gp-italie
Antoine Meo – Photo ABC COMMUNICATION

Mat VS Mat

On le pressentait, Matthew Phillips n’a pas été tendre avec Mathias Bellino.  Vainqueur des deux journées face au leader provisoire chez les E3, l’australien confirme bien sa volonté de garder son titre. Même si avec 16 points d’écart, il est peu probable qu’à la régulière Mathias soit rattrapé. Le seul trublion potentiel, Matti Seistola, roule avec une main fracturée et il ne sera pas offensif avant le Grand Prix de France. Pour notre plus grand plaisir Antoine Basset qui roulait avec un KTM quasi stock s’est offert une troisième place dimanche.

matt
Matthew Phillips – Photo ABC COMMUNICATION

Mac fly

Du côté des juniors Jamie Mc Canney (1/2) semble parti pour le titre avec désormais 28 points d’avance sur Giacomo Redondi (3/3). Steve Holcombe, troisième du provisoire a une fois de plus été impressionnant ce week-end, dimanche il a remporté sa troisième manche de la saison.

Tous les résultats sur www.enduro-abc.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici