Quelques réactions de pilotes après cet avant-dernier GP de la saison 2014, glanées dans les communiqués ou les pages Facebook.

Pierre-Alexandre Renet, champion du monde E2 2014 (Husqvarna), 2-3 au GP d’Italie : «Je ne suis pas très content de la manière dont j’ai roulé ce week-end mais le résultat est là et c’est bien le plus important. Nous avons eu un enduro difficile, tant en terme de tracé, que pour ce qui est de la météo. Salvini était très motivé devant son public et je n’ai jamais été en mesure de le contrer. J’ai plutôt surveillé les résultats de Johnny Aubert, le pilote le plus proche au général. Johnny s’est bloqué dans la dernière extrême samedi et a abandonné dès la première ligne dimanche. Dès lors, je n’avais plus qu’à m’appliquer pour finir et marquer au moins 5 points. Je n’ai pas cherché la victoire, je termine 3e et remporte mon second titre mondial en enduro. C’est un grand bonheur que je souhaite partager avec tous ceux qui m’ont accompagné cette saison et en particulier Louis, Eric et tout le team.»

Johnny Aubert, 3e au provisoire E2, (Beta) 6-DNF au GP d’Italie : «Un week-end à oublier ! Samedi, même avec un premier tour difficile pour trouver un bon rythme, je me suis battu toute la journée pour la seconde place. Malheureusement, je tombe dans la dernière cross et surtout je fais un point mort dans une montée de l’ultime Extreme et perds 2min… Je termine la journée 6e! Je croyais que ça ne pouvait pas être pire et pourtant Dimanche ma moto s’est arrêtée dans la première enduro test…. La prochaine et dernière étape du mondial se déroulera en France le 13/14 septembre ou je me battrai pour la 2e place au championnat. Félicitations à Pela et Nambot pour leur titre !»

140805nambotin
Christophe Nambotin, Champion du monde E1 2014 (KTM), 1-1 au GP d’Italie : «Je suis arrivé relativement détendu en Italie. Je connaissais l’enjeu mais je ne me suis pas mis la pression. L’enduro s’annonçait très difficile avec une longue ligne de 10 minutes, un CH très serré et des conditions météos incertaines. J’ai fait un très bon temps samedi dans la première ligne et ensuite, j’ai déroulé la journée sans faire d’erreur pour gagner avec 56 secondes d’avance. Dimanche, sous la pluie, tout était plus compliqué. J’étais très motivé par la possibilité d’être titré dès le soir même et j’ai sorti une bonne journée. Je remporte mon 3e titre de champion du monde d’enduro. J’adresse un grand merci au team, à Eric, à Alex et à tous les parents et amis qui m’ont soutenu cette saison.»

Jérémy Joly, 6e au provisoire E3, 4-3 au GP d’Italie (KTM) : «Je suis très content de mon week-end. A cause de mes petites blessures, je ne me suis pas beaucoup entraîné depuis la dernière épreuve du France. Samedi, j’ai roulé toute la journée dans le groupe de tête. J’ai fait deux petites fautes dans le dernier tour et je manque le podium pour 3 secondes.
Dimanche, les conditions météos ont provoqué beaucoup de rebondissements dans la catégorie. J’ai fait une bonne journée et je suis allé chercher le podium dans la dernière spéciale. Je me replace au championnat. Nous sommes maintenant 3 pilotes à pouvoir prétendre au podium final lors de la dernière épreuve à Brioude.»

Loïc Larrieu, 3e au provisoire Junior, 4-3 au GP d’Italie (Husqvarna) : «J’ai vécu un week-end compliqué avec des conditions de course que je n’avais encore jamais rencontrées. Samedi, dans la ligne, je n’ai pas réussi à prendre le bon rythme. En fin de journée, dans le CH serré, je me suis trouvé bloqué par des pilotes E2 en vrac dans une montée et j’ai dû attendre qu’ils se dégagent. Du coup, j’ai pointé en retard et j’ai pris 1 minute de pénalité. Je termine 4e dimanche, j’étais mieux globalement mais je n’ai pas été en mesure d’aller chercher les 2 pilotes devant. Je termine 3e.»

Retrouvez les résultats complets de ce GP ici 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici