Première journée du Grand Prix IRS de SLOVAQUIE powered by CASINO BONVER

GUERRERO POUR L’HONNEUR
Slovaquie rime avec pluie. Le raccourci est rapide et pourtant c’est une habitude, à chaque fois que le MAXXIS FIM ENDURO WORLD CHAMPIONSHIP fait étape dans cette région de l’Est de l’Europe, les conditions météorologiques viennent compliquer la course. À l’occasion de la première journée du GRAND IRS DE SLOVAQUIE powered by CASINO BONVER, les spécialistes du pilotage dans le gras s’en sont donné à coeur joie. Tout au long de la compétition, et malgré des conditions séchantes en fin de parcours, les positions n’ont eu de cesse d’évoluer entres les malheurs de certains et les réussites des autres dans l’Enduro Test et l’Extreme Test.
Convaincu de tricherie lors du dernier Grand Prix de Pologne, Cristobal GUERRERO (ESP-YAM) se rachète une conduite en remportant cette première journée slovaque, et en s’offrant du même coup son premier succès mondial en 2010 chez les ENDURO 1. Compte tenu des conditions humides, l’Andalou ne partait pourtant pas favori sur le papier, mais il est l’un des rares pilotes à ne pas avoir perdu de temps dans les cuvettes boueuses de l’Enduro Test. Après avoir dirigé un moment les débats, Eero REMES (SF-KTM) prend finalement la 3e place à 23 secondes du vainqueur, confirmant sa bonne forme du moment dans la foulée de sa victoire polonaise. Toutefois le Finlandais n’a pu résister au retour de Johnny AUBERT (FRA-KTM) en fin de journée. L’état de forme de l’officiel KTM s’améliore de course en course, et du même coup ses performances. Il aura peut-être manqué une spéciale au Français pour disputer la victoire, il est deuxième à 7.60 du vainqueur Espagnol. De son côté le leader du championnat, Antoine MEO (FRA-HVA) connaît une nouvelle défaillance. Il chute dans l’Enduro Test et endommage son levier d’embrayage, laissant filer du même coup plus d’une minute. Méo écope d’une discrète quatrième place.
En ENDURO 2, le style de pilotage de Mika AHOLA (SF-HM) sur terrain glissant est une référence. « Il faut simplement essayer de rouler de manière très coulée, très « smooth » en bougeant, en déplaçant au maximum le poids de son corps sur la moto pour rechercher l’adhérence maximale, explique le Finlandais. » Le leader de l’ENDURO 2 remporte donc logiquement cette première manche slovaque, après avoir tout de même effectué un tour de chauffe, laissant la tête du début de course à Rodrig THAIN (FRA-TM). Plus à l’aise dans les boues slovaques que dans le sable polonais, la TM officielle prend finalement la 2e place de la catégorie, à seulement 8.04 secondes de Mika Ahola. Ce résultat vient également redonner le sourire à Rodrig Thain, auteur d’un début de saison compliqué. L’adversaire direct d’Ahola pour le titre, Ivan CERVANTES (ESP-KTM) perd pied, seulement 4e de l’épreuve. Victime d’une erreur dans l’Enduro Test où il heurte un arbre, il voit notamment son coéquipierThomas OLDRATI (ITA-KTM) glisser à la troisième place de l’E2. Notez que la catégorie accueille en Slovaquie le champion d’Enduro du Japon. Au guidon d’une KTM, Koikeda TAKESHI (JAP-KTM) parvient à boucler courageusement l’épreuve en milieu de tableau.
La compétition en ENDURO 3 a rarement été aussi palpitante. Au départ de l’épreuve, sur le papier ils sont quatre spécialistes de la boue et donc quatre vainqueurs potentiels. Mais après les deux premières spéciales, Christophe NAMBOTIN (FRA-GAS) dispose déjà d’une certaine marge d’avance. Vainqueur sur ce même terrain il y a un an, l’officiel Gas Gas n’a d’autre choix que de remporter les prochaines manches pour espérer ramarrer le leader au général. Il s’impose largement avec une avance de 42.55 secondes. Si l’écart de Nambotin est importante, David KNIGHT (GB-UK) ne concède que 3 points au Français, en prenant la deuxième place du jour. Les motos quatre temps n’étaient pourtant pas avantagées sur ce terrain lourd, les mécaniques se chargeant rapidement de plus de 15 kilos de boue. Le Britannique a subi la loi du Français dans l’Enduro Test, mais il est demeuré intraitable dans l’Extreme Test qu’il a survolée tout au long de la journée. Enfin Sébastien GUILLAUME (FRA-HVA) prend la troisième place de la catégorie et confirme que ses problèmes à la main font définitivement partie du passé.
Comme beaucoup de pilotes français, Jérémy JOLY (FRA-HM) s’est montré très à l’aise dans ces conditions de course vicieuses. Il devance son adversaire direct Lorenzo SANTOLINO (ESP-KTM) de 30 secondes et s’offre une seconde victoire cette saison. L’Espagnol voudra sans nul doute prendre une revanche dimanche à l’occasion de la seconde manche du GRAND PRIX IRS DE SLOVAQUIE powered by CASINO BONVER. Les conditions s’annoncent séchantes, et les spéciales très creusées. Ce sera donc une autre course qui démarrera.

Source ABC. 


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici