Nouveau venu dans le paddock du Championnat du Monde d’Enduro l’ex cross man Jonathan Barragan a montré le week-end dernier qu’il apprend vite. L’Espagnol a terminé 11e le samedi mais… 4e le lendemain (7e au provisoire). Auréolé d’une longue expérience en GP MX1 (avec plusieurs victoires), âgé de 28 ans, Barragan en dit plus sur ses nouveaux objectifs.
Quelles sont tos impressions sur ce premier GP ?
Jonathan :
«Je ne m’attendais pas à obtenir un bon résultat comme je l’ai fait sur ​​le deuxième jour . Je suis vraiment heureux de la façon dont la course s’est déroulée . Mais c’était dur, très dur ! Il y a une grande différence entre le motocross et l’enduro – il est difficile de comparer les deux sports . Une journée d’enduro est très longue et très fatigante. Il y a tellement d’heures sur la moto. Vous devez vous rappeler les spéciales et c’est très difficile mémoriser. Rouler à 100% dès le premier tour en se souvenant des spéciales, c’est vraiment un sentiment étrange pour moi.»

Qu’as tu trouvé le plus difficile ?
Jonathan : «j’ai eu du mal avec l’Enduro Test dans le premier tour. Elle faisait environ 12 minutes et par moments, j’étais presque perdu dans la spéciale. Je ne savais pas où j’allais. Mais c’est allé de mieux en mieux au fil des tours.»
Beaucoup de nouveaux en enduro ont des difficultés en liaison. Comment ça s’est passé ?
Jonathan: «C’était seulement ma deuxième course en enduro, donc il faut que j’habitue à gérer la liaison et les contrôles horaires. Il y avait un CH serré mais j’ai réussi à pointer dans les temps. Heureusement que les conditions étaient assez sèches, je pense que j’aurais eu du mal avec la boue. J’ai encore beaucoup à apprendre.»
Les trois premiers pilotes en Enduro 2 au GP d’Espagne sont tous d’anciens pilotes de motocross. Penses-tu qu’il est possible d’atteindre leur vitesse ?
Jonathan : «Ces gars-là sont incroyablement rapides, donc je pense que c’est beaucoup trop tôt pour le dire. Il y a des moments où je n’étais pas trop loin, mais eux sont homogènes. Le pilotage enduro est spécifique et je me comporte encore comme un crossman. Je suis trop agressif sur les gaz. Espérons que cela viendra avec l’expérience : je veux progresser.»
Envisages-tu de faire d’autres courses du Mondial ?
Jonathan : «je serai au GP du Portugal et ensuite je vais me concentrer sur le championnat espagnol. Pour le reste de l’EWC, je ne suis pas sûr. J’aimerais courir tout le championnat, mais nous allons voir…»
 
A suivre !
D’après un communiqué Husqvarna, © photo Husqvarna

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici