Sherco 300 SE

L’originale

Changement de couleurs et retour à ses premières amours. Christophe Nambotin a décidé de rempiler dans le giron de l’usine nîmoise en retrouvant sa cylindrée de prédilection avec la 300 Sherco SE Factory. Une moto tellement bien équipée que Nambot’ a à peine osé y toucher ! Et cela semble suffire puisqu’il a signé la 2e place scratch derrière Josep Garcia pour sa première sortie officielle en championnat d’Espagne mi-avril…

Discret dans la vie, sobre dans son pilotage, Christophe Nambotin conserve cette touche de simplicité lorsqu’il s’agit de préparer ses machines. Ce chasseur de chronos, s’il reste exigeant sur ce qu’il souhaite, ne court pas le risque de se perdre dans des préparations complexes. Il faut dire qu’avec un bloc moteur fort et efficace, mais surtout une partie cycle KYB, la 300 2T Factory de chez Sherco avait de quoi proposer une base plus que solide au triple champion du monde. Attention, spoiler : les rois du tuning seront déçus, la différence se situe bien entre le guidon et la selle ! 

ESTÉE ET APPROUVÉE – Un mois après notre test, le Papa de l’enduro tricolore est allé se frotter au championnat d’Espagne. Victoire en E3, 2e place scratch derrière Garcia. Apparemment, elle marche sa Sherco !

No fun, but glory

Après un court retour chez KTM France en 250 4T pour une saison tronquée par la crise sanitaire. Christophe Nambotin s’accorde une dernière danse avec une 300 2T, sa cylindrée de cœur. Un modèle qui s’adapte particulièrement à son style de pilotage coulé.

Et c’est bien sa signature que je retrouve tout de suite au guidon de la SE. Un tempérament moteur très rond et fort des bas aux mi-régimes. Pas la peine de s’attar- der sur le même rapport. Le carburateur Keihin gave le moteur d’essence qui grésille haut dans les tours. En changeant la coupe du boisseau pour un 6,5 au lieu d’un 7 et en adoptant une aiguille N1EE, le tempérament moteur de la Sherco se voit bien transformé par rapport à l’ori- gine. Pourtant déjà efficace, cette 300 SE se rapproche presque d’un 4T par sa linéarité exemplaire. La force du bloc Sherco permet facilement d’attaquer les ornières un rapport au-dessus pour conserver davantage de vitesse de passage. La transmission plus courte vient également faciliter ce style de pilotage. 

Retrouvez plus d’infos sur le Sherco 300 SE de Christophe Nambotin dans Enduro Magazine n°113