eicma 2021

L’EICMA 2021, le salon de la moto qui se tient à Milan cette semaine, sonnait l’heure du retour des exhibitions internationales.

Certains grands acteurs avaient prévenus dès 2020 et les début de la crise de la Covid19 qu’ils feraient l’impasse sur 2020 et 2021. C’était le cas du groupe KTM-HVA-GASGAS, de BMW, de Ducati, de Sherco, de TM. Mais les autres ont eu aussi tenus paroles et Yamaha, Honda, Triumph ou Fantic étaient là aux côtés des accessoiristes. Un EICMA 2021 forcément en demi-teinte donc, mais le signe de la reprise malgré tout.
Au rayon des nouveautés off road et plus spécialement enduro et rallye-raid, les grands espaces qui ont fait appel d’air durant les périodes de confinement semblent inspirer nos acteurs.
Yamaha et Fantic nous ont surpris avec deux visions de l’aventure bien différentes mais toutes les deux « grand public » tandis que la marque Vent, spécialiste du 50 et du 125 4T à boîte s’est fendu d’un projet d’incursion dans dans le 125 2T.

eicma 2021

Yamaha Ténéré Raid Prototype

On a eu la chance de croiser sur le stand Yamaha ce cet EICMA 2021 le boss de l’Europe, Eric de Seynes en personne. Et devinez qui on a tiré par les chemisettes pour une photo devant le proto Ténéré ? Alessandro Botturi et Pol Tarres. Pourquoi ces deux-là ? Tout simplement parce qu’ils seront pilotes officiels pour la marque à l’Africa Eco Race 2022 (déplacée en mars et non plus face au Dakar en janvier, la Covid aura au moins eu raison de cette concurrence malheureuse). Et pas au guidon de la 450 Rally avec laquelle « Bottu » a remporté les deux dernières éditions (2019-2020), mais bien sur une Ténéré 700 Raid prototype. Pour Tarres qui s’est fait une place en or dans le monde du trail depuis quelques mois grâce à ses vidéos au guidon de la Ténéré, ce sera une première en rallye-raid. Mais a priori pas un projet sans lendemain puisque Eric de Seynes ne cachait pas son intention de faire rouler les fans de Ténéré mais aussi de SSV de la marque sur des rallyes (le Dakar ?) dans le cadre d’un programme de la marque avec machines spécialement développées pour ce challenge et assistance qui va avec. L’opération « 50 Africa Twin à Dakar » de 1989, ça vous cause ? C’est ce qui semble se dessiner pour les prochaines années, mais en bleu ! Pour l’heure, la machine « prototype » présentée est une Ténéré 700 gavées de pièces GYTR, le catalogue de pièces racing Yamaha. Deux réservoirs avant spéciaux, deux petits arrière, pour un total de 33 litres. Une ligne Akrapovic qui passe sous le moteur avec une sortie basse comme sur une 450. Un embrayage renforcé signé Rekluse avec un couvercle de carter CNC siglé GYTR pour accéder facilement à cet organe doté d’une pompe à eau spéciale. Des suspensions KYB avec débattement à la hausse et carrément une KYB semi usine à l’avant. Des freins de type rallye de plus grand diamètre et des pinces signés Brembo avec mono disque avant complètent l’ensemble, tout comme des roues Hans et Excell renforcées ou encore un guidon et levier de frein Pro Taper. Voilà les grandes lignes de ce qui sera mis à l’épreuve jusqu’à Dakar en mars prochain et qui servira de base pour développer les accessoires définitifs mais aussi une série limitée.
Pour rappel, David Frétigné avait été pionnier en la matière puisqu’en 2015 il avait participé à l’Africa Eco Race au guidon d’une 1200 Super Ténéré. En 2017, Paolo Ceci avait repris l’idée à son compte sur une Honda Africa Twin.
A suivre…

eicma 2021

Fantic 450 Rally

Belle surprise de cet EICLMA 2021 sur le stand Fantic avec la présence du légendaire pilote italien Franco Picco. A 66 ans (il portera le numéro 66), l’ex officiel prendra un nouveau départ en janvier 2022, 37 ans après sa découverte de la course. Ce sera au guidon de la seule Fantic officielle. Une 450 Rally qui sera la base d’une future version client destinée au raid. Une machine Euro 5 standard livrée avec support de GPS autour de 15 000 euros. Un kit compétition devrait ensuite permettre de s’engager en compétition avec cette machine ? La base est une WRF Yamaha avec un habillage complètement spécial conçu par Fantic. Blanc, rouge et gris, comme le reste de la gamme et toujours avec un design et une qualité de réalisation qui font envie. Franco a insisté sur la répartition des masse originale puisque les trois réservoirs ne font pas appel à des éléments placés à l’arrière de la moto. Deux réservoirs latéraux viennent en effet épauler le réservoir central, gage de répartition des masses et de sécurité. Une ligne Arrow de type rallye équipait ce qui ressemblait déjà à une version quasiment finale pour les clients. Un programme client pourrait accompagner cette initiative, le souhait de Franco que l’on vous invite à écouter sur Facebook.

eicma 2021Vent souffle sur la 125 2T

Surprise sur le stand de la marque italienne Vent distribuée en France par Référence Moto. Le spécialiste du 50 à boîte et du 125 4T qui empruntait jusque-là ses motorisations au réputé Minarelli, présentait une projet de 125 2T. Une machine très très fortement inspirée d’une HVA, pour ne pas dire plus… Bloc à carburateur, châssis et même plastiques, tout ressemble à une petite TE. Sauf peut-être la finition. Du made in China évidemment, un commentaire sur notre Facebook a trouvé le lien vers l’origine de cette base asiatique. Une base qui doit d’abord être éprouvée par Daniel Tarrit, Monsieur Vent en France. Pas le genre de la maison auvergnate de valider une projet auquel il n’adhère pas. On compte donc sur lui pour mettre au point un modèle qui est annoncé sous la barre des 6500 euros.

Triumph rendez-vous en 2023

Triumph était présent à cet EICMA 2021. Il y avait bien les t-shirt portés par Ivan Cervantes et Ricky Carmichael lors de l’annonce officielle de l’arrivée de la marque en enduro et en motocross, mais ni les ambassadeurs ni le futur modèle anglais. Sur place, l’importateur italien nous a parlé d’une présentation du modèle en décembre 2022 avec un programme sport complet international dès 2023. Cela peut paraître lointain, mais s’engager dans un an en GP motocross et enduro avec une moto 100% maison n’est pas une mince affaire ! « Wait and see » comme on dit dans le Berry.