Il vient d’annoncer son transfert chez Sherco et par la même ses ambitions pour le prochain championnat SuperEnduro. Extraits de l’interview qu’il a donnée à ABC Communication, promoteur du SuperEnduro, dont l’ouverture se déroulera le 17 novembre à l’Echo Arena de Liverpool, à «domicile» pour David Knight.

Pourquoi avoir choisi Sherco ?
D.K : «La première fois que j’ai essayé les motos, je me suis tout de suite senti à l’aise. La première impression fût donc très bonne pour le 2 temps mais aussi pour le 4 temps. En plus de cela, la qualité des pièces est excellente. Ils utilisent ce que j’affectionne le plus, les suspensions WP et les freins Brembo. Et puis, c’est une petite usine composée de personnes enthousiastes, comme KTM l’était lorsque j’ai signé pour la première fois chez eux. Une vraie atmosphère familiale !»

Liverpool sera-t-il la première course où l’on vous verra sur une Sherco ?
D.K : «Il est possible que je fasse une ou deux courses régionales juste avant mais Liverpool sera en effet ma première grande course au guidon de ma Sherco !»

Avec quelle Sherco prendrez-vous part au Maxxis FIM SuperEnduro World Championship ?
D.K : «Pour l’instant, je pense que je roulerai avec la 300cc 4 temps ! Je suis immédiatement tombé amoureux de cette moto et pour les indoors, elle sera parfaite. Même pour un physique comme le mien !»

Pensez-vous que vous pouvez vous battre pour le titre avec Taddy BLAZUSIAK (PL – KTM) ?
D.K : «Bien sûr, je l’ai battu sur quelques courses la saison dernière sans m’être vraiment entrainé et puis je n’avais pas fait de SuperEnduro depuis 5 ans. Cette année, je serai vraiment concentré sur le SuperEnduro. J’ai une bonne vitesse, j’ai simplement besoin de la maitriser sur 12 tours désormais !»

Avez-vous déjà commencé votre préparation pour le SuperEnduro ?
D.K : «Je suis en train de faire construire une piste d’entrainement SuperEnduro en ce moment près de chez moi. Mais en marge, j’ai déjà commencé à m’entrainer sur mon ancien circuit de SuperEnduro… donc oui, j’ai débuté ma préparation!»

Est-ce vrai que la saison 2013 était votre dernière année complète sur l’EWC ?
D.K : «Pour l’instant oui, il ne faut jamais dire jamais mais en ce moment les courses sont trop « politiques », trop facile et trop typées cross. Ce n’est plus le sport que j’ai adoré ; malheureusement. Si cela continuait à être un vrai enduro, je poursuivrai !»

Parlons un peu de l’Enduro Britannique. Il semblerait que les pilotes Anglais soient de retour au sommet, surtout en SuperEnduro…
D.K : «Il n’y a pas tellement d’Anglais, mais ce sont surtout des pilotes originaires de l’île de Man comme moi… (Il rit) Danny et Jamie MCCANNEY ont le talent pour devenir Champion du Monde d’Enduro. Ils ont simplement besoin de travailler encore plus dur ; mais je ne me fais pas de soucis pour eux. En SuperEnduro, pour le moment ils doivent s’entrainer énormément mais dans quelques années, pourquoi pas. Ils ont autant de chance et de potentiel que d’autres…»

Parlons de Jonny WALKER. Il est jeune (23 ans) et se bat déjà avec les meilleurs en SuperEnduro…
D.K : «Jonny est clairement un bon pilote ; mais de mon point de vue, il a besoin de mieux se connaître. Une fois qu’il aura réussi cela, il sera encore plus fort et pourra prétendre à la victoire finale. J’espère aussi pour lui que son équipe l’aidera plus qu’elle ne le fait pour l’instant. Il n’a pas encore toute l’aide nécessaire de KTM pour atteindre la dernière marche. Mais il n’a pas à s’inquiéter, il est encore jeune et les succès viendront…»

Revenons sur le SuperEnduro. Comment voyez-vous votre futur dans la discipline ?
D.K : «Mon futur… Je vais le prendre année après année. J’ai désormais une famille et tant que je prends du plaisir et serai compétitif alors je continuerai. Le SuperEnduro est un concept très fun qui prend beaucoup moins de temps que l’EWC donc j’espère pouvoir y rouler encore pendant plusieurs années.»

Que représente pour vous ce premier Grand Prix de la saison dans votre pays, à Liverpool ?
D.K : «C’est l’événement le plus proche de l’Ile de Man que nous n’avons jamais eu donc ça va être vraiment bon. Il me tarde de rouler devant les supporters locaux et cela me rendra encore plus fort ! Et je donne rendez-vous à tous le public Britannique le 17 Novembre à l’ Echo Arena de Liverpool. Une super organisation nous y attend sur un circuit très spectaculaire et je vais donner mon maximum pour y battre Taddy BLAZUSIAK »

© photos B.Simon, Taddy Blazusiak, David Knight et Alain Blanchard au SuperEnduro de Tours

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici