Toujours gêné par une blessure à l’épaule gauche, Marc Coma ne se présentera pas au départ du Dakar 2013. La lutte pour le titre à moto sortira du cadre d’un duel entre l’Espagnol et Cyril Despres. «Avec ma condition physique actuelle, je ne peux pas affronter le Dakar en étant à 100%. Mais ce n’est qu’une parenthèse. Marc Coma est encore là pour un moment», a déclaré le pilote KTM lors d’une conférence de presse à Barcelone.
Le forfait de Coma modifie radicalement la donne dans la conquête du titre, Cyril Despres se présentant comme le favori le plus logique en l’absence de son rival le plus régulier ces dernières années. A l’examen des classements des dernières éditions, Helder Rodrigues se positionne comme son concurrent le plus menaçant, avec deux places sur le podium en 2011 et 2012. Mais le Portugais devra composer avec l’absence de deux de ses coéquipiers, les forfaits du Brésilien Felipe Zanol et du jeune anglais Sam Sunderland ayant été officialisés il y a quelques jours par Honda.
Depuis l’année 2005, les deux pilotes KTM se sont partagés les titres (4-3, avantage France), mais ont également remporté 43 des 90 spéciales disputées ! L’analyse déductive la plus logique, mais aussi la plus simpliste, conclurait que Despres a le champ libre pour faire le break et accroître son avantage au palmarès, en allant cueillir un cinquième titre à Santiago. Ce n’est pas le point de vue de l’intéressé, trop conscient des aléas de l’épreuve pour se réjouir de l’hypothétique boulevard qui lui est offert : «Pour Marc, le Dakar s’est joué sur une herbe à chameaux, comme nous en croisons des milliers. Lorsqu’on me dit que maintenant je suis tout seul, cela me fait un peu sourire : des herbes à chameaux, des pierres, des montées et des descentes, on va en avoir des tonnes», déclare le tenant, qui pourrait aussi bénéficier de l’apport d’un consultant de luxe sur le bivouac. «Marc m’a dit qu’il serait là à Lima, et s’il reste sur le rallye, il est certain que ce sera un avantage en termes de stratégie, de préparation du road-book, etc.»
Habitué à se concentrer avant tout sur sa propre performance, Despres note aussi que «de nombreux pilotes vont penser un peu plus sérieusement au podium». L’annonce du forfait de Coma pourrait bien avoir un effet psychologique décomplexant sur tous les anciens faire-valoir du duo ! Et en cas d’accélération brutale du processus de rébellion, les éventuels candidats au putsch sont nombreux. Ceux qui ont déjà connu les honneurs du podium, d’abord, ont de bonnes raisons de se sentir libérés : Francisco « Chaleco » Lopez, 3e en 2010, tient une opportunité de s’imposer dans la capitale chilienne, et n’a jamais été meilleur qu’à domicile (4 victoires d’étapes au Chili) ; David Frétigné, 3e en 2009, fait son retour sur le Dakar et chez Yamaha avec de très hautes ambitions ; le Portugais Helder Rodrigues, qui a justement quitté Yamaha pour Honda, a été le premier poursuivant de Despres et Coma en 2011 comme en 2012 ; tandis que David Casteu, présent sur le dernier podium célébré au Lac Rose en 2007, n’a pas dit son dernier mot.

Le Dakar 2013 pourrait également signifier un changement de génération dans la catégorie. Ceux qui semblaient jusqu’ici attendre leur heure considéreront peut-être qu’il est temps de précipiter la sortie des maîtres de la discipline. Et dans ce domaine, malgré l’absence de Coma, le clan catalan n’est pas en reste. Son porteur d’eau des dernières années, Juan Pedrero, ne récupèrera pas la moto de son leader, confiée à la star américaine du tout-terrain Kurt Caselli, mais tentera tout de même de profiter de l’appel d’air. Le discret Jordi Viladoms, 4e en 2012, peut lui aussi sortir de sa réserve et saisir une éventuelle opportunité. Surtout, Joan Barreda a fait sensation ces deux dernières années, et à 29 ans, devrait avoir la maturité pour honorer ses belles promesses. C’est d’ailleurs lui qui est resté le plus proche de Despres sur le rallye du Maroc. Moins de sept minutes séparaient les deux hommes à l’arrivée, c’est-à-dire bien moins que ce que n’importe qui perd sur un problème de mousse ou d’arrivée d’essence, une mini-faute de navigation… une herbe à chameaux ! Enfin, restent à surveiller pour Despres les Verhoeven, Gonçalves ou Przygonski. La sagesse lui imposera de ne pas se disperser.

Sur une info ASO pour www.dakar.com

La 35e édition en bref
Le parcours et les dates

2, 3 et 4 janvier 2013
Le site des vérifications techniques et administratives est installé dans le quartier de Magdalena, où seront convoqués des concurrents sud-américains dès l’après-midi du 2 janvier. Le « Village Dakar », lieu de rencontre entre les concurrents, les partenaires de l’épreuve et les spectateurs, jouxte le parc fermé où les véhicules attendront le départ.

5 janvier
Avant de prendre la route pour la première spéciale du Rallye, les concurrents du Dakar 2013 sont présentés au public sur un podium monté sur la plage de Chorrillos : spectacle à suivre de 8h à 13h30.

5 au 20 janvier
Rallye Dakar au Pérou, en Argentine et au Chili

13 janvier : bivouac de San Miguel de Tucuman
Depuis que le Dakar est arrivé en Amérique du Sud, la journée de repos n’a jamais été placée aussi loin du départ. Rallier Tucuman après 8 jours de course sera à n’en pas douter une première victoire pour de nombreux pilotes et équipages. Une fête y est prévue, à la mode argentine, avec concert de rock… et Village Dakar.

20 janvier : plaza de la Constitucion, Santiago
La capitale du Chili accueille pour la première fois l’arrivée du Dakar. Après plus de 8 000 kilomètres parcourus depuis Lima, seuls les plus résistants seront appelés à célébrer la fin de l’aventure sur le podium d’arrivée, face au Palais de la Moneda. Applaudissements, ovations, remise des trophées : 10h – 16h.

La liste des engagés  engagés dakar 2013

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici