Ce week-end la caravane de l’E.W.C rejoignait Fafe, au Portugal, à l’occasion du second volet de la tournée ibérique. Après le soleil et la poussière du sud de l’Espagne, Christophe NAMBOTIN avait rendez-vous avec les averses et la boue. Même si le rythme imposé était moins intense que lors du premier Grand Prix, cette deuxième épreuve se distinguait par son tracé et ses spéciales. Revenus sur une configuration classique à trois secteurs chronométrés, les concurrents ont dû déjouer les pièges de la spéciale extrême qui a bouleversé les classements tour après tour. D’autre part, la spéciale en ligne exigeante en terme de pilotage imposait des trajectoires précises. Vainqueur le samedi face à un David KNIGHT très incisif, Christophe fait les frais des pièges de la spéciale extrême le lendemain et termine troisième. Actuel deuxième du classement provisoire du championnat du Monde, à huit points du leader, Christophe revient sur sa course.

Comment as-tu abordé ce Grand Prix ?

 

 

Christophe NAMBOTIN : Je n’étais pas à 100% physiquement. Le Grand Prix d’Espagne a laissé des séquelles et j’ai fait beaucoup d’erreurs durant le week-end. Je savais aussi que la victoire ne se jouerait pas sur la prise de risque mais davantage sur la régularité et le pilotage. Lorsque l’on regarde les chronos et les classements au fil des deux journées on voit bien à quel point les erreurs pouvaient être coûteuses. J’en fais d’ailleurs les frais dimanche.

Samedi tu l’emportes face à David KNIGHT, quelles conclusions en tires-tu ?

Christophe NAMBOTIN : David a remporté les deux journées en Espagne, ça lui adonné confiance en lui et il a été très rapide dès le samedi, surtout dans l’extrême où il creuse beaucoup l’écart. J’ai été appliqué dans la cross-test et dans l’enduro-test pour compenser mes temps de l’extrême. Ca n’a pas vraiment suffit et il a fallu que je donne tout dans la dernière spéciale pour gagner la journée. C’est une victoire sur le fil mais c’est une victoire quand même. Je pense que nos niveaux de pilotages sont très proches, mais David est plus a l’aise dans les spéciales extrêmes !

Justement, considères-tu les spéciales extrêmes comme étant ton point faible ?

Christophe NAMBOTIN : Je manque un peu de confiance en moi dans ma manière d’aborderces secteurs. Techniquement j’ai suffisamment travaillé cet hiver pour ne pas avoir de craintes cependant en course j’ai du mal à tomber la barrière psychologique. Le fait d’avoir un adversaire comme David KNIGHT empire les choses ! Le voir entrer dans une spéciale extrême comme dans son jardin a tendance à me tendre davantage. Je dois prendre sur moi et rester serein.

Quel a été le déroulement de ta seconde journée ?

Christophe NAMBOTIN : La journée a été longue et compliquée ! Il y avait une grande marche glissante dans la spéciale extrême et au premier tour je l’ai contournée. David me prend treize seconde en passant dessus. Même en augmentant le rythme dans la cross-test et l’enduro-test je ne pouvais pas remonter autant de temps. J’ai donc décidé de passer cette marche et je me suis bloqué lors de chaque passage. J’ai fait beaucoup d’erreurs et Simone ALBERGONI en a profité pour s’intercaler.

Quel est ton bilan à l’issue de cette entame de championnat ?

Christophe NAMBOTIN : D’une manière général tout est très positif. D’une part il s’agitdu meilleur début de championnat de ma carrière. D’autre part j’ai le sentiment de pouvoir lutter à armes égales avec mes adversaires. Je suis deuxième du championnat à seulement 8 points de David, rien n’est joué. Mon travail de cet hiver est payant, même si mon programme a été contrarié. Le prochain rendez-vous est en Italie et pour moi le championnat commence vraiment là bas. David aura eu du temps en plus pour travailler sur sa moto, Simone sera à domicile et Sébastien GUILLAUME sera en état de lutter pour la gagne…

Rendez-vous avec Christophe dès le week-end prochain à Issoire pour la deuxième manche du championnat de France d’enduro.

Source Ciblekom. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici