De retour de la première manche du championnat de France d’enduro 2013, les pilotes commentent leur week-end. Morceaux choisis.
E1 
Antoine Meo 1er : « J’ai passé un bon weekend. Je me suis régalé au guidon de la petite 125. Nous avons trouvé les bons réglages et la moto marche vraiment très fort. J’ai roulé tout le weekend en regardant les temps de Pela et Nambot’. C’est super motivant de rouler dans ces conditions. La 125 m’oblige en permanence à revoir mes gammes. C’est la base de la moto et je repousse sans cesse mes limites. Lorsque je retrouve la 250 EXC-F en championnat du monde, je suis partout à l’attaque et c’est très bon pour les chronos. »
Jérémy Joly, 2e : « Ça fait du bien de remonter sur le podium ! Je n’étais pourtant pas très en forme en arrivant à Champagne-Mouton, j’ai été malade toute la semaine précédente et ça ne se présentait pas pour le mieux. Le samedi, j’ai pu rapidement me mettre en route, m’adapter au terrain et trouver la vitesse. J’ai été au contact du leader toute la journée, et j’ai été en capacité de décrocher la 2e position du jour. C’était très serré et je termine finalement 3e le samedi, après une petite erreur en fin de journée.  La spéciale en ligne n’a pas été comptabilisée le premier jour, à cause d’un souci de chrono. C’est dommage. Le lendemain, je n’étais pas en forme du tout, et j’ai chuté plusieurs fois en liaison. Au fil de la journée, j’ai réussi à rectifier le tir, à trouver le bon rythme et remonter en 2e position à mi-course. J’ai également remporté une spéciale dans le dernier tour ! »
Marc Bourgeois, 3e : « Samedi j’étais à l’aise. Il faut dire que les spéciales en herbe un peu glissantes me plaisent. J’ai trouvé un bon rythme et j’étais devant tout de suite. Ensuite les traces se sont faites et Antoine Meo a pris le dessus en fin de deuxième tour. Nous n’avions que deux secondes d’écart. Malheureusement, j’ai pris un fil de fer dans la roue arrière lors de mon passage dans la première spéciale du deuxième tour, cela m’a fait chuter. Je suis tout de même parvenu à conserver ma deuxième place. Le dimanche j’ai fait un super premier tour, en bagarre devant. Une erreur de pilotage me coûte cher en fin de deuxième tour, et ne pouvant rattraper les secondes que j’avais laissées filer j’ai dû me contenter de la quatrième place. »

Pierre-Alexandre Renet, © Photo FFM

E2 
Pela : « Samedi matin, j’ai fait une première spéciale prudente en pensant pouvoir me refaire dans la ligne. Malheureusement, celle-ci a été annulée et j’ai cravaché pour revenir sur Gauthier. J’ai pris l’avantage dans la dernier tour et je gagne pour 5 secondes. Dimanche, j’ai attaqué d’entrée de jeu et j’ai pris la tête de la catégorie. Nous étions dans la même seconde avec Nambot’ et Méo. Je n’ai rien lâché de la journée et je bats Antoine au scratch pour 3 secondes. Je suis donc très content de mon weekend, la moto marche super bien et les suspensions sont au top. »
Christophe Nambotin, © FFM

E3 : 
Christophe Nambotin, 1er : « Après les deux premières manches du mondial, j’attendais l’ouverture du championnat avec impatience pour retrouver le public français. Ma préparation hivernale a été interrompue par une blessure et je suis en manque de roulage. Je comptais sur l’épreuve de Champagne Mouton pour faire de beaux résultats et reprendre confiance.A ce sujet, je dirai que la mission est moitié accomplie. J’ai gagné les deux journées en enduro 3 et je me suis bien battu pour le scratch avec Pela et Méo, ça c’est positif ! En revanche, j’ai fait une erreur dimanche et j’ai chuté lourdement. Je ne me suis pas blessé mais j’aurais aimé être plus serein et ne pas tomber de la journée. Je dois encore travailler sur ce point avant la prochaine épreuve du mondial en Espagne. » 
Mathias Bellino, 3e : « Après 7 mois sans moto et à peine 10 heures de roulage avant de venir sur la course, je ne savais pas trop où j’en étais. Nouvelle moto, nouvelle catégorie et une attelle rigide au poignet… cela faisait beaucoup et j’avais besoin de me rassurer. Samedi matin, j’ai fait une première spéciale moyenne puis je me suis libéré. J’ai signé quelques scratchs dans la deuxième banderolée et même si je n’étais pas à mon maximum dans la ligne, je termine 2 fois 3ème ce qui me satisfait totalement. Je repars de Champagne Mouton avec un bon moral et je vais continuer ma préparation en vue de la prochaine épreuve du mondiale en Espagne. »
Loïc Larrieu, © photo FFM

Junior 
Loïc Larrieu, 1er : « Ma première épreuve de championnat de France d’enduro s’est déroulée dans la douleur. Samedi, dès la première spéciale en herbe, j’ai réalisé le meilleur temps. J’étais un peu surpris de m’en sortir aussi bien et ça m’a donné confiance. La ligne étant annulée, j’envisageais la fin de journée sereinement avant de chuter en liaison à la fin du 2e tour et de m’ouvrir sérieusement le coude. Après un rapide pansement, j’ai pu terminer et remporter cette première journée. Samedi soir, je suis parti à l’hôpital pour me faire recoudre (8 points + un drain). J’ai pris la décision de rouler dimanche mais j’ai vraiment souffert, surtout en liaison. J’ai été bien soutenu par toute l’équipe et j’ai gagné la journée. »
Juliette Berrez, © photo Talayssat

Féminines : 
Juliette Berrrez, 1re : « Je suis ravie de mon week-end. M’étant un peu fait mal au genou avant la course, je n’ai pas souhaité prendre de risques. Samedi je remporte la journée grâce à ma régularité, dimanche j’ai assuré de gros points avec une marge de sécurité. Je repars de cette première épreuve en tête du championnat, c’est l’essentiel. La moto était vraiment au top, je me suis régalée ! »

Les classements après la 1re manche 
E1
E2
E3
Junior
Feminine

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici