Audrey Rossat a remporté les deux journées de l’ouverture du Championnat d’Europe d’enduro, le week-end dernier. Elle nous raconte sa course.
«Pour cette ouverture du championnat d’Europe à Antas nous étions 7 féminines inscrites. Moins qu’en 2013, mais 7 pilotes de bon niveau qui ont l’habitude des grandes compétitions. Lors du repérages des spéciales, j’avoue le terrain très aride, poussiéreux avec beaucoup de cailloux ne m’a pas rassurée, comme la plupart des autres pilotes français engagés sur l’épreuve. Le parcours comptait 3 spéciales. Une ligne, dont la terre se transformait en farine sous nos pas. Une extrême, très technique et vraiment longue qui a dû être rebaptisée enduro test 2 car elle ne répondait pas au critère d’une extrême. Et pour finir une cross entièrement tracée dans un lit de rivière avec que des galets et du sable ainsi qu’une belle côte pour les plus courageux… ou une déviation.
Le samedi la course a vite pris un tournant décisif.
Lorsque nous somme arrivées dans la première spéciale, la ligne, j’ai été très surprise de l’état de dégradation du terrain. Dès le premier tour, nous entrions dans une énorme ornière pour ne pratiquement plus en sortir. Nous partions ensuite pour la liaison d’1 h 30 : elle a fait pas mal de dégât. La Suédoise Jessica Jonsson s’est lourdement blessée au niveau du genou et a dû stopper la course. Et sa saison est malheureusement compromise. L’Italienne Cristina Marocco a eu des problèmes mécaniques et les autres pilotes ont pris des pénalités. Cette liaison était composée de nombreuses côtes en «fech fech» et quelques dalles dans des goulets jonchés de pierres.
A ce premier CH, l’expérimentée Marita Nyqvist, la Finlandaise, et moi-même n’étions plus que 2 à pointer dans les temps. Tout au long de la journée, j’ai eu l’avantage dans les spéciales. J’avais trouvé le feeling pour rouler sur ce type de terrain. La SP1 du matin fut annulée dès le second tour pour nous : un véritable soulagement. Les ornières beaucoup trop profondes et la poussière ont rendu la spéciale impraticable.
Je finis la journée 1re avec 2m30 d avance sur la seconde Nyqvist et la Slovaque Gaherova vient fermer la marche.
Dimanche. Plus que 2 spéciales, la ligne étant supprimée.
Nous commencions cette fois ci par la cross test. Je commençais mal la journée en me tankant dans la fameuse côte et perdant un peu plus d une minute. Je suis vite revenue aux avant-postes en réalisant ensuite une belle extrême. Au second tour ce fut au tour de la Finlandaise de se bloquer dans la côte de la cross et j’ai pris la déviation pour la première fois du week-end… L’italienne Marocco fit le choix de la sécurité et prit systématiquement la déviation si bien que je me suis retrouvée à la dernière spéciale avec seulement 10 secondes d’avance sur elle. A la dernière spéciale, plus aucune fille n’a tenté la côte, elle était trop dégradée. Je suis partie confiante : physiquement j’avais encore la pêche et j’étais déterminée à boucler ce week-end sur 2 victoires. J’ai signé le meilleur temps et terminé 1re à 23 seconde de l’Italienne, suivie de la Finlandaise.
Lors de la remise des prix, j’étais très fière d’entendre la Marseillaise, une belle récompense du week-end et un chant prometteur pour la suite du championnat.
La deuxième manche se déroulera en Roumanie a Bacau le 31 mai et 1er juin.»

Retrouvez Audrey Rossat sur sa page Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici