Alex Salvini

Alex Salvini, une des légendes italiennes du tout-terrain et notamment de l’enduro, a annoncé que la finale du championnat du monde d’enduro sera sa dernière course professionnelle, et qu’il prendra sa retraite à l’issue.

« C’est vraiment étrange et excitant d’arrêter », a déclaré Alex, qui met ainsi un terme à plus de 20 ans de course dans les championnats du monde de Motocross et d’Enduro.

« Quand je repense à l’endroit où tout a commencé, à la façon dont ça s’est poursuivi jusqu’à aujourd’hui, j’ai l’impression que le temps a filé. Cela a été un voyage incroyable, fait de hauts et de bas, de joies et de peines, de victoires et de défaites. »

Au cours d’une carrière qui a commencé lorsqu’il a quitté la maison à 15 ans « pour poursuivre son propre chemin », Alex Salvini a atteint les sommets, avec un titre de champion du monde d’enduro 2013 notamment, et a représenté son pays dans l’équipe italienne que ce soit aux ISDE comme au Motocross des Nations la bagatelle de 15 fois ! Et pas pour faire de la figuration, lui qui était encore sur le podium des ISDE la semaine dernière, après avoir joué un rôle central dans le Cross final pour voler la deuxième place aux Espagnols.

« Toutes ces expériences m’ont procuré des émotions incroyables, qui valent bien plus que n’importe quel trophée ou médaille et qui resteront à jamais gravées dans ma mémoire. » a ajouté Alex.

Dans une déclaration publiée sur ses réseaux, neuf ans après avoir remporté le championnat du monde d’enduro (neuf étant son numéro de course), Alex tenait à remercier toutes les personnes avec lesquelles il a travaillé, tous les fans et les supporters, les sponsors et ceux qu’il a oublié.

« Au cours de ce long voyage, j’ai rencontré des personnes qui ont été à mes côtés pendant longtemps et qui m’ont aidé à émerger en tant qu’athlète, mais en tant qu’homme aussi. « Davide Perni, Andrea Bartolini, Tullio Pellegrinelli, des mécaniciens comme Antonio Specia et Luca Castellana, des coéquipiers et adversaires avec lesquels je me suis lié d’amitié comme Angelo Pellegrini, Massimo Bianconcini, Matti Seistola, Alessandro Battig, Simone Albergoni ou mon petit frère Bruno Crivilin. Des directeurs d’équipe comme Franco Mayr et Fabrizio Azzalin, ou mon partenaire chez S2 Motorsport, Marco Valentini. »

« Ce n’est pas la fin », dit Alex, « Je suis trop amoureux de moto pour m’arrêter. C’est un au revoir à ma carrière en tant que professionnel. Ce que je ferai à partir de l’année prochaine, ce sera juste pour le pur plaisir de rouler ! ».

A bientôt, donc, Alex, juste pour le plaisir, et bravo !