Javier Pizzolito (Honda CRF450) a été le principal acteur de la journée de mercredi (étape 3) dans la catégorie Motos du Rallye argentin Desafio Ruta 40. Avec un rythme surprenant, il a signé le meilleur chrono de la spéciale qui le hisse en tête du classement général, devant Paulo Goncalves (Speedbrain 450 rally) et Francisco López (KTM RallyReplica). Les trois pilotes ont un écart entre eux d’à peine un peu plus de 4 minutes.
L’Argentin a mis 6:01:41 pour parcourir les 466,17 kilomètres de la spéciale, et a vaincu Francisco López (KTM 450 RallyReplica) par 5:46 et Goncalves par 7:10. Derrière eux sont arrivés David Casteu (Yamaha YFZ450) et Helder Rodríguez (Honda CRF450) qui a perdu plus de 11 minutes, laissant sa place à son camarade d’équipe au HCR Rally.
Au classement général, Pizzolito occupe la première position avec un temps de 11:02:53, suivi par Goncalves à 3:51, et Lópezà 4:01. De son côté, Rodrigues – qui était le leader de la première journée de course – a fini quatrième et à 6:09 du premier, tandis que David Casteu est maintenant cinquième au général.
Marc Coma (KTM 450 Rally Replica), qui était au départ l’un des favoris, n’a pas eu une bonne journée et il a perdu 18 minutes. Il se classe septième, à 14:51 de Pizzolito.

Le compte-rendu de David Casteu :
Etape très difficile mercredi sur des chemins en altitude de la cordillère des Andes. Il a fait très froid sur les 466 km de la spéciale de la 3e étape entre San Fernando et Belen. Magnifique performance de David qui termine 4e derrière Pizzolito, Chaleco Lopez et Gonçalves. Au classement général, David est 5e à 10 minutes de Pizzolito, nouveau leader.
“Ce matin, David Castera était au départ et nous a dit que les organisateurs avaient tracé une étape très difficile, raconte David à l’arrivée. Entre hier (mardi) et aujourd’hui (mercredi), on a fait 700 km par jour. Il y avait un froid de folie. Au départ de la spéciale, j’ai pris un café et j’ai été malade, un mal au ventre pendant les 200 premiers kilomètres. Après, ça a été, je suis resté dans un bon rythme, j’ai vraiment roulé comme un pilote de rallye. L’Argentin Pizzolito a roulé très fort. Moi, j’ai quand même fait attention de ne pas me mettre dedans. Je fais 4e de la spéciale. Je suis vraiment dans le coup, la moto aussi. J’ai essayé d’oublier le froid. C’était vraiment une étape très difficile tant en navigation qu’en pilotage. Quant à Charles Cuypers, mon coéquipier, hier, il a fini dans les 70es, fatigué. Et ce soir (mercredi), il est toujours dans la spéciale. S’il arrive au bout de cette étape, il sera prêt pour le Dakar !”

Vidéo de l’étape 2 (mardi)