TM 300 FI
TM 300 FI

« Je suis content, ça s’est bien passé. » Il est comme ça, Loïc Larrieu, pas du genre à en rajouter pour rien, malgré un super résultat (1/2, contre 2/1 pour Steve Holcombe, le champion du monde EGP) juste avant… On est mardi, sous le soleil hivernal de Sète. Le week-end qui vient de s’achever était synonyme de rentrée des classes pour les cadors de l’enduro mondial, avec la première épreuve des Assoluti d’Italia, le championnat d’Italie, qui fait office de répétition générale avant l’ouverture de l’EnduroGP

« Déjà, le bruit d’une TM nous fait rêver, nous les pilotes ! »

Qui dit rentrée des classes dit nouveaux cartables et baskets flambant neuves pour tout le monde. C’est le cas pour Loic qui a fait le déplacement pour se familiariser avec sa nouvelle équipe. Le team usine TM Racing, en l’occurrence, celui-là même qui faisait rouler le lutin finlandais Eero Remes l’an passé, soit tout simplement le champion en titre de la catégorie E2 où évoluait notre Français en 2018. Contraint de trouver un nouveau guidon après l’annonce de l’arrêt de l’enduro pour l’équipe Yamaha Outsiders pour laquelle il officiait depuis trois saisons, il fallait rebondir vite.

L’embarras du choix 

« J’avais un peu le choix, mais il a fallu faire le meilleur. On sait qu’en enduro en ce moment, ce n’est pas évident de trouver un bon guidon. J’ai rapidement été vers TM, c’est la première moto que j’ai essayée, juste après le GP de France à Méthamis. C’était top parce que j’avais mes repères de la veille avec la quatre et demi… »

Essai complet de la TM 300 FI Loic Larrieu dans Enduro Magazine n°102