SAMEDI
L’hiver est long en Finlande… depuis fin Novembre, le froid et la neige ont pris possession de ces terres scandinaves. Six mois après, cette vague de froid n’en finit plus. Et alors que le Sud de l’Europe se réveille aux prémices du printemps, le thermomètre continue de flirter allègrement en dessous de moins 10 à 200 kilomètres au Nord d’Helsinki et plus précisément à Vierumaki, d’où était donné ce matin par moins 13 degrés le départ de la 83eme Paijanne !

Cette première manche du Championnat du monde Maxxis FIM d’Enduro a en effet offert un cadre tout à fait différent de l’édition 2017 où la neige s’était faite très rare. Pas de quoi cependant décourager les 180 téméraires de ce Grand prix de Finlande qui s’élançaient pour douze heures et trente minutes de course parsemées de seize spéciales Chronométrées disséminées sur plus de 400 kms d’efforts…

Un froid Polaire…
« Je suis frigorifié… » nous avouait au contrôle de ravitaillement de Jämsä, le Champion du monde Junior 2017 Brad FREEMAN (GB – Beta Boano)… « car nous venons de faire une longue liaison d’une heure qui m’a semblé interminable ! Mais je m’éclate vraiment à rouler dans ces conditions de course si différentes et je prends malgré tout pas mal de plaisir ». Un avis pas forcément partagé par certains concurrents comme Loïc LARRIEU (F – Yamaha) ou Christophe CHARLIER (F – Beta) qui furent à la peine ou encore par Davide GUARNERI (I – Honda RedMoto) qui chuta lourdement dans la Spéciale 2. Lancée sur un sol plutôt gelé et porteur, la première journée prit un visage bien différent à partir de la spéciale 4 où l’abondante épaisseur de neige (plus de 60 centimètres) amplifia plus encore l’extrême difficulté de la Päijänne 2018… « Mes réglages de début de journée ne sont plus adaptés dans la neige « poudreuse » et je galère de plus en plus » avouait un Matthew PHILLIPS (AUS – Sherco) frustré et à la peine à partir de la mi-course.
Inutile de vous dire que dans de telles conditions, les spécialistes Finlandais (TAMMINEN, ERICSSON, HALJALA…) s’en sont donnés à cœur joie. A commencer par Aleksi JUKOLA (KTM) leader jusqu’à la mi journée avant qu’Eemil POHJOLA (Gas Gas), pilote bien connu chez les Juniors du Mondial, ne s’installe aux commandes de l’épreuve après le test 9. Et alors qu’il creusait l’écart sur le pilote KTM, POHJOLA devait malheureusement renoncer dans la spéciale 13 sur un problème mécanique…pendant que le soleil disparaissait à l’horizon préfigurant l’apparition de la nuit et des 3 dernières spéciales disputées dans la pénombre totale, s’il vous plait ! Derrière ce duo, Eero REMES (SF-TM) éphémère leader au scratch, bataillait avec ses compatriotes Mika TAMMINEN (Gas Gas), Toni ERIKSSON (KTM) ou encore Jussi ARVAJA (Sherco) pour les meilleures places d’honneur.

REMES et Jamie MCCANNEY s’imposent en E2 et E1…
L’officiel TM sera cependant le grand animateur de la catégorie E2 face à un autre Finnois, Matti OIKARI (Honda) alors que le duo Italien Alex SALVINI (Husqvarna Zanardo), Deny PHILIPPAERTS (I – Beta Boano) se livra une superbe bataille tout au long de la journée pour les gros points de la 3eme place. Alex SALVINI le pilote Just1, confirme son excellente forme et son très prometteur début de saison. Mais mention spéciale à l’étonnant et remarquable Deny PHILIPPAERTS qui n’avait encore jamais scoré un aussi brillant résultat (4eme) depuis ses débuts en championnat du monde il y a 8 ans. Quel superbe paradoxe pour le plus sympathique des pilotes privés du Paddock. A son image l’on a également apprécié dans cette catégorie E2, la très belle performance de Joshua GOTTS (IRL – TM Electraction) qui signe lui aussi sa meilleure performance en GP avec une exceptionnelle 5eme place. Ces « outsiders » ont prouvé aux « ténors » de la catégorie (PHILLIPS 6eme, LARRIEU 7eme, OLDRATI 8eme et CHARLIER 10eme…) que rouler vite dans la neige et le froid était tout à fait possible !

Après l’abandon d’Eemil POHJOLA, c’est Jamie MCCANNEY (GB -Yamaha) qui a été le grand bonhomme de la catégorie E1 malgré la superbe prestation de son compatriote Brad FREEMAN ! L’officiel Yamaha Outsiders s’offre une splendide et très inattendue victoire pour cette première journée de cette « terrible » Päijänne et ce malgré la belle résistance du local Jussi ARVAJA qui termine 2eme devant FREEMAN qui s’est permit le luxe de scratcher les deux dernières spéciales de nuit face à la horde Finlandaise ! Antoine BASSET (F – Gas Gas) pour son retour en Grand Prix après sa grave blessure au genou qui l’a mis à l’écart pendant plus d’une saison. Toujours aussi solide et courageux, le tricolore termine… parmi une meute de Finlandais aussi insensibles au froid glacial qu’à l’adversité.

JUKOLA et HOLCOMBE ont brillé…
Steve HOLCOMBE (GB – Beta) a fait honneur à sa plaque de Numéro 1 ! Il a en effet été le plus brillant des « étrangers » en Enduro 3 grâce à son pilotage fluide et coulé qui s’est adapté à merveille à ces conditions dantesques. Le champion du monde EnduroGP 2017 score une brillante 5eme position face aux locaux JUKOLA, ERICSSON et TAMMINEN qui étaient imprenables aujourd’hui. L’officiel Beta score des points importants pour la suite de la saison même si les officiels Gas Gas Danny MCCANNEY (GB) et Christophe NAMBOTIN (F) se sont bien comportés en terminant respectivement 7eme et 8eme.

Cette première journée de la « grande aventure Finlandaise » qu’est la Päijänne a donc tenue toutes ses promesses tout en nous réservant quelques belles surprises… dont la victoire au scratch (EnduroGP) du pilote KTM Finlande, Aleksi JUKOLA, au moment même où la marque Autrichienne s’est retirée avec fracas à l’automne du championnat du monde d’Enduro. Joli pied de nez encore une fois du sport et de l’Enduro face aux calculs « marketing » et économiques…

Ce Grand Prix de Finlande « polaire » se poursuivra dès demain matin 8.30 en direction d’Helsinki pour une 2eme journée plus courte (7.30 de course) mais qui s’annonce tout aussi intense et palpitante.

Ils ont dit :
Aleksi JUKOLA : « Satisfait d’avoir remporté cette premier journée même si je suis déçu pour Eemil (POHJOLA) qui a cassé… Maintenant, une bonne douche chaude, une nuit de repos et j’espère pouvoir faire le doublé et remporter ma première Päijänne ! »

Jamie MCCANNEY : « Si on m’avait dit que j’allais débuter la saison, en Finlande, avec une victoire dans ma catégorie… Je n’y aurai jamais cru ! Bien sûr, si POHJOLA n’avait pas cassé, je ne serai pas sur la plus haute marche du podium mais comme on dit souvent, il faut surtout finir la course ! En tout cas, ça fait du bien de commencer la saison comme ça même si la fatigue est bien là ! »

Eero REMES : « Les jeunes vont forts devant et ça va être dur d’aller chercher la victoire générale de la Päijänne mais je suis content d’avoir accroché ma catégorie ! Demain est un autre jour mais j’ai une bonne opportunité de creusé un petit écart face à mes autres concurrents… »

Brad FREEMAN : « Si certains n’ont sans doute pas pris de plaisir à rouler ici… moi j’ai adoré ! Même si c’est fatiguant, j’ai beaucoup aimé le pilotage dans la neige et en plus de ça, j’ai remporté deux des trois spéciales dans la nuit. Donc comment ne pas être satisfait de cette belle troisième place ! »

DIMANCHE

La grande aventure Finlandaise qu’est la Päijänne s’est terminée en apothéose cette après midi aux portes d’Helsinki à l’issue d’une deuxième journée de course plus courte (Sept heures et 20 minutes) mais aussi un peu moins éprouvante car moins « polaire » ! En effet les températures sont enfin devenues positives à l’approche d’Helsinki alors que la neige se faisait moins abondante au fil des douze spéciales chronométrées de cette deuxième journée du Grand Prix de Finlande.

La Paijanne reste néanmoins une course de spécialistes et à ce jeu les pilotes locaux sont pour l’instant « imbattables » malgré les énormes progrès affichés par les habitués du Championnat du monde d’Enduro Maxxis FIM qui aujourd’hui ont vraiment inquiété les meilleurs Finlandais.

Eero REMES a fait vibrer son nombreux public…
Finlandais mais double Champion du Monde d’Enduro, Eero REMES (TM) a été le grand animateur de cette « descente » vers la capitale et hormis son compatriote Eemil POHJOLA (Gas Gas), revanchard après sa casse mécanique de la veille alors qu’il occupait la tête, nul ne put contenir le talent du « lutin bleu ». REMES remporte brillamment la catégorie EnduroGP (scratch) alors qu’Aleksi JUKOLA (KTM) assure la troisième place et inscrit son nom au palmarès de la Paijanne 2018 au cumul des deux journées.

Eero REMES fait néanmoins la plus belle opération du jour avec une nouvelle victoire en E2. Pour ses débuts dans cette catégories des moyennes cylindrées, le protégé de Luca CHERUBINI, a fait le plein de points sur ses terres enneigées et pris un bel avantage sur ses plus sérieux rivaux. Mais il devra compter sur un Alex SALVINI (Husqvarna Zanardo) très affuté et déterminé et qui a encore haussé le rythme dans cette finale pour scorer une splendide deuxième place. SALVINI s’annonce assurément comme l’un des grands favoris pour le titre 2018 et son retour au sein du Team Jolly Zanardo semble très bénéfique. Matthew PHILLIPS (AUS – Sherco) nous devait une revanche…Et son sourire de soulagement aujourd’hui contrastait avec sa mine dépitée de la veille où il avouait avoir beaucoup souffert. L’officiel Sherco arrache son premier podium de l’année avec talent et détermination. Aussi mal parti que Samedi, Loïc LARRIEU (F – Yamaha) s’est réveillé au fur et à mesure de la descente vers le Sud (sic) et limite la « casse » en finissant 4eme devant un très solide Thomas OLDRATI (I – Red Moto) et un consistant Deny PHILIPPAERTS (I – Beta Boano) à nouveau à l’honneur avec une belle 6e place obtenue devant le courageux Christophe CHARLIER (F – Beta).

La revanche de POHJOLA…
Chamboulement complet par contre en E1 où Jamie MCCANNEY (GB – Yamaha) 5eme, n’a pu renouveler sa remontée de la veille… Il prend néanmoins les commandes de cette catégorie des petites cylindrées sur sa 250 Yamaha WR et ce pour un petit point seulement face à l’étonnant britannique Brad FREEMAN (Beta Boano). Celui ci épate tout autant pour sa bonne humeur que pour sa pointe de vitesse alors qu’il n’était que Junior l’an passé. Troisième aujourd’hui, le champion du monde Juniors 2017 ne pourra cependant pas endiguer la furia des deux Finlandais Eemil POHJOLA et Henry OLENIUS qui réalisent le doublé. Une belle consolation pour ces deux pilotes après leurs déboires du samedi et une belle victoire pour le pilote Gas Gas Eemil POHJOLA que l’on retrouvera avec plaisir, au sein du team officiel managé par Giovanni SALA sur l’intégralité de la saison.

Même s’il fut moins impressionnant que lors de la première journée, Aleksi JUKOLA (SF – KTM) a de nouveau brillé devant son public et remporte la catégorie E3 devant le très rapide Tony ERIKSSON (SF – KTM). Mais Steve HOLCOMBE (GB – Beta) s’est encore montré très à l’aise dans ces conditions de course (6eme en EnduroGP) et grimpe sur son premier podium de l’année. Il marque ainsi des points précieux pour la suite de la saison et son pilotage fluide et coulé aura fait merveille sur le « glacier » scandinave. Il prouve ainsi qu’il reste bien l’homme à battre que ce soit en Enduro3 ou en Enduro GP, une fois que seront digérés les frimas Finlandais. Belle fin de course également en E3 pour l’officiel Gas Gas Danny MCCANNEY (GB) qui coiffe sur le fil le toujours aussi solide Marko TARKKALA (SF – TM) que l’on a revu avec plaisir, et ce pour la 5eme place alors que Christophe NAMBOTIN (F – Gas Gas) limite la perte de points en terminant 7eme dans cette catégorie des grosses cylindrées.

La « Päitsi » et ses 1000 bénévoles…
Harassés, transis… les stars de l’Enduro Mondial vont maintenant pouvoir « panser leurs plaies » et récupérer de cette éreintante 83eme Päijänne. Ils auront donc 6 semaines de répit avant de se diriger vers l’Espagne où aura lieu le deuxième Grand Prix de la saison (Santiago de Compostelle les 28 et 29 Avril). L’occasion pour ceux-ci de peaufiner les réglages de leurs motos tout en peaufinant leur préparation athlétique.

Il n’en reste pas moins que cette ouverture du Championnat 2018 ici en Finlande avec la mythique « Päitsi » restera dans les annales par son extrême difficulté. Une compétition quasi unique qui est probablement l’organisation tout terrain la plus importante et impressionnante en Europe et qui a mobilisé par exemple plus de 1 000 bénévoles dont 60 chronométreurs et 50 secouristes. Et c’est par un hommage appuyé à tous ces bénévoles et à l’Helsinki Motor Klub dirigé de main de maitre par Mauri PENTTINEN et Kenneth LAAAKSONEN que nous tournerons la page de cette ouverture Enduristique de la saison 2018 ! Kiitos…

Ils ont dit :
Eero REMES : « Je suis très satisfait de ce Grand Prix. C’est une course très spéciale et mon but était de profiter de mon avantage et arriver en Espagne avec une avance intéressante… Mission accomplie ! Leader de l’E2 et deuxième de l’EnduroGP, j’en espérais pas autant et c’est de bon augure pour la suite ! »

Steve HOLCOMBE : « Je suis venu ici après une préparation très sérieuse et spécifique… Donc assez satisfait de mon résultat ! Mais il me tarde tout de même le Grand Prix d’Espagne et d’être de retour dans des spéciales qui me sont plus favorables… »

Matthew PHILLIPS : « J’ai connu l’une des journées les plus dures de ma carrière hier… J’ai attrapé froid le matin et ça m’a pompé toute mon énergie. Aujourd’hui, je suis plutôt content même si je n’avais pas les meilleurs réglages pour une telle course mais au fur et à mesure, on a retrouvé un type de terrain où je me sens plus à l’aise. Il me tarde déjà l’Espagne ! »

Jamie MCCANNEY : « J’ai beaucoup donné hier et du coup, j’ai plus ressenti la fatigue aujourd’hui… Couplé avec des réglages pas forcément en accord avec cette course, j’ai eu des difficultés. »

Communiqué EnduroGP.org

 

Samedi :

Dimanche :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici