EnduroGP round 2 : sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle

Un peu plus d’un mois après une ouverture dans le froid et la neige de la mythique « Lake Päijänne », la caravane de l’EnduroGP prend la direction de la toute première étape de la traditionnelle tournée Ibérique… Direction donc Santiago de Compostela, en Galice, au Nord-Ouest de l’Espagne !

Pour la toute première fois dans l’histoire du Championnat du Monde FIM Maxxis d’Enduro, le Grand Prix d’Espagne sera organisé par le Moto Club Movete Na Moto de Lalin avec bien sûr, le soutien de la fédération nationale, la RFME.

Un Moto Club déjà bien rodé…
Pour l’occasion, José Angel ARCA CANDA et tous les bénévoles du Moto Club MNM ont mis les petits plats dans les grands en traçant un circuit long de 70 kms tout autour de la ville « sainte » de Santiago de Compostela, que les stars de l’EnduroGP devront parcourir trois fois chaque jour. Le paddock ainsi que les bureaux seront localisés au Stadium « San Lorenzo » de Santiago, tout comme la Super Test Akrapovic du Vendredi soir et l’Xtreme Test Technomousse. Durant les deux jours de course, les pilotes partiront donc du Stadium « San Lorenzo » pour se diriger vers l’Enduro Test X-Rocks située près de la zone industrielle « A Sionlla » et qui fera entre 8 à 10 minutes avec du dénivelé ainsi que quelques parties difficiles dans les sous bois. Par la suite, ils se dirigeront vers la Cross Test Maxxis qui sera elle aussi située à « A Sionlla » et sera longue d’environ 10 minutes. Enfin, les protagonistes termineront le circuit avec l’Xtreme Test. A noter aussi quelques passages spectaculaires en liaison qui seront signalés par l’organisateur sur place.

Santiago de Compostela est située en Galice et plus précisément dans la province de La Corogne. Ville d’environ 96 000 habitants, c’est un haut lieu de pèlerinage au même titre que Rome ou Jérusalem. Elle abrite en effet le tombeau de Saint Jacques. Aujourd’hui, Saint-Jacques de Compostelle est une cité qui accueille en son sein de nombreux monastère et églises ainsi que beaucoup de monuments célèbres tels que l’Hostal Dos Reis Catolicos ou le Pazo de Raxoi, qui n’est autre que son hôtel de ville.

REMES vs le reste du monde !
Au sortir d’un Grand Prix de Finlande très atypique, remporté par le local Aleksi JUKOLA (SF – KTM), Eero REMES (SF – TM) ressortait comme le grand gagnant parmi tous les favoris au titre EnduroGP.
En effet, le pilote officiel TM mène les débats en Enduro 2 et pointe à la seconde place de l’EGP. Mais REMES ne compte que 6 points d’avance sur Alex SALVINI (I – Husqvarna) dans la catégorie des moyennes cylindrées… L’Italien a montré qu’il était en pleine forme (après avoir perdu près de 8 kilos durant l’intersaison !) et pourrait bien être très incisif en Espagne, tout comme Matthew PHILLIPS (AUS – Sherco) ! Même si l’Australien n’a jamais été vraiment à l’aise sur la neige, le revoilà sur un terrain qu’il affectionne et les 14 points qu’il a de retard sur le Finlandais pourraient être vite comblé.
REMES devra aussi compter avec le Vice-Champion du Monde EGP 2017 Loïc LARRIEU (F – Yamaha), qui devrait être revanchard après un GP de Finlande difficile, ou encore faire face à Deny PHILIPPAERTS (I – Beta) et Josh GOTTS (GB – TM) qui ont montré une bonne vitesse dans la neige.
De leurs côtés, Thomas OLDRATI (I – Honda) et Christophe CHARLIER (F – Beta) vont devoir se ressaisir afin de grappiller leur retard et de garder toutes leurs chances de titre en fin de saison.
Enfin, nous verrons les grands débuts sur Suzuki d’Oscar BALLETTI (I).

Chez les Enduro 1, si Jamie MCCANNEY (GB – Yamaha) est leader de la catégorie grâce à sa victoire du Samedi à la Päitsi, il se retrouve ex-æquo avec son compatriote Brad FREEMAN (GB – Beta) ! Nous devrions donc assister à une belle lutte pour la plaque rouge de leader 24MX entre les deux Britanniques.
Mais cette lutte pourrait bien aussi profiter à Eemil POHJOLA (SF – Gas Gas), qui, malgré sa casse du Samedi en Finlande, a montré un grand talent et pourrait bien être le troisième larron de cette catégorie des petites cylindrées… sans oublier ses compatriotes Jiri LEINO (KTM) et Niko AITTA (Honda) qui ont fait le déplacement jusqu’en Espagne.
A moins que Davide GUARNERI (I – Honda) ne reprenne goût aux avant-postes. L’Italien semble avoir atteint une certaine maturité dans sa nouvelle discipline et devrait être un sérieux client pour la victoire finale tout comme Antoine BASSET (F – Gas Gas), de retour de sa blessure aux ligaments du genou, et qui reste un pilote très solide et une valeur sûre d’EnduroGP.
Enfin, absent en Finlande, Manuel MONNI (I – Suzuki) et Victor GUERRERO (E – Yamaha) devraient ajouter encore plus de compétitivité à une catégorie qui n’en manque pas, et qui verra aussi le retour du Belge Cédric CREMER (Yamaha).

Chez les grosses cylindrées de l’E3, Steve HOLCOMBE (GB – Beta) a pu profiter d’une meilleure préparation hivernale pour marquer de gros points en Finlande.
Actuellement 3ème derrière JUKOLA et Toni ERIKSSON (SF – KTM), le Champion du Monde EGP 2017 ne compte pourtant que 8 points d’avance sur le Britannique Danny MCCANNEY (GB – Gas Gas) et 10 sur Christophe NAMBOTIN (F – Gas Gas) que l’on annonce très « remonté ».
Les néo-officiels Gas Gas seront de retour sur un terrain qu’ils affectionnent et devraient déjà tout tenter pour revenir sur « The Exmoor Beast ».
Derrière ces trois hommes, les Français Anthony GESLIN (Beta) et Romain DUMONTIER (Yamaha) joueront leurs cartes à fond afin de jouer les troubles fêtes dans le Top 5…

Qui succédera à FREEMAN ?
Nouveauté de la saison, la catégorie Junior sera divisée cette année en deux coupes du monde : les Juniors 1 avec motos égales ou inférieurs à 250cc 2 et 4 temps et les Juniors 2, supérieur à 251cc 2 et 4 temps. Mais ces deux catégories ne couronneront qu’un véritable Champion du Monde Junior (vainqueur scratch) !

En Junior 1, la concurrence sera rude. En effet, un fort contingent de jeunes pilotes de talents peuvent prétendre à la victoire de catégorie et au titre de Champion du Monde… De Mikael PERSSON (S – KTM) à Andrea VERONA (I – TM), en passant par Kirian MIRABET (E – Honda), Léo LE QUERE (F – TM) et sans oublier le N°3 de 2017 Albin ELOWSON (S – Yamaha). Ajoutez à cela des outsiders tels que Jean-Baptiste NICOLOT (F – Yamaha), Lari JUKOLA (SF – Husqvarna), Theo ESPINASSE (F – Sherco), Antoine MAGAIN (B – KTM), Antti HANNIEN (SF – Husqvarna), Thibault PASSET (F – Yamaha) et Emmanuele FACCHETTI (I – Honda) et vous vous retrouvez surement avec LA catégorie la plus relevée chez les jeunes…
Il faudra aussi surveiller les performances d’Alonso TRIGO (E – Sherco) et du Brésilien Bruno CRIVILIN (KTM) qui débarque en Europe lors de cette tournée Ibérique.

De l’autre côté en J2, la concurrence sera elle aussi remarquable avec Matteo CAVALLO (I – Beta Boano), quatrième Junior en 2017, Jack EDMONDSON (GB – Sherco), Enric FRANCISCO (E – KTM) et Tosha SCHAREINA (E – Husqvarna) qui ne cessent de progresser chaque année et seront chaperonnés par Ivan CERVANTES pour le compte de la RFME.
Mais le favori pourrait être le Vice-Champion 2017 Davide SORECA (I) qui se présentera sur une TM 300EN après deux saisons passées sur un 4 temps chez Honda RedMoto.
Il ne faudra pas oublier non plus l’Italien Mirko SPANDRE (Sherco) qui sort d’une belle première saison en Junior et cherchera à confirmer ainsi que l’anglais Joe WOOTTON (Husqvarna).
A noter aussi la participation de l’Estonien Priit BIENE (Husqvarna) qui se jouera avant d’accueillir tout ce beau monde chez lui début Juin, à Tallinn !

Les Juniors et Youth en force !
Enfin, en Youth 125cc, avec le départ d’Andrea VERONA et Léo LE QUERE chez les moins de 23 ans, Ruy BARBOSA (CL – Husqvarna), troisième en 2017, fait clairement office de favori pour le titre.
Mais attention à des pilotes tels que Dan MUNDELL (GB – Sherco), Hugo SVARD (SF – Husqvarna), Matthew VANOEVELEN (B – Sherco), Roni KYTONEN (SF – Husqvarna) ou encore Joakim GRELSSON (S – KTM) et Marcus ADIELSSON (S – Yamaha)…
On s’intéressera aux progrès des jeunes espoirs Français Charly MESNARD (TM), Robin FILHOL (Sherco), Killian LUNIER (Sherco) et Melvin MONZO (Sherco).
A noter aussi la participation pour la toute première fois d’un jeune Néo-Zélandais, Hamish MAC DONALD (Sherco) !

Ce Grand Prix d’Espagne est donc très attendu après l’atypique GP de Finlande. Nul doute que des milliers d’aficionados Espagnols s’agglutineront sur les différentes spéciales pour encourager l’élite de l’Enduro Mondial pour une saison très attendue. Gageons aussi que le Moto Club Movete Na Moto aura rassemblé tous les éléments pour faire de cette deuxième étape de la saison une grande fête populaire au Nord-Ouest de l’Espagne…

Infos Pratiques :
– Santiago de Compostela (Province de La Corogne);
– A 75 kilomètres de La Corogne et 120 kilomètres du Portugal ;
– Vendredi 27 Avril : Super Test Akrapovic à partir de 18h00 ;
– Samedi 28 et Dimanche 29 Avril : Départs 9h00 – Arrivées vers 16h00 ;
– Organisation : Moto Club Movete Na Moto ;
– Sites Internet : www.endurogp.org;
– Circuit : 70kms – 3 tours ;
– Entrée Gratuite ;
– Aéroport : Santiago de Compostela, La Corogne (75 kms)

    Discussion · Aucun commentaires

    Il y a 0 commentaire à propos de "EnduroGP round 2 : sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle".

    Personne n'a encore posté de commentaire. Commencez la discussion !

    Les sites du groupe CPPRESSE : Trial Magazine | Génération Sans Permis | Boutique CPPRESSE | NextSpot | Casino Poker Mag | Auto-Entrepreneur | Foot en salle