EnduroGP en Angleterre : Holcombe devra attendre

Certains pourraient parler de « coup d’essai et de coup de maitre »…. Mais sans tomber dans l’exagération, avouons que les débuts de l’Enduro Sprint dans le cadre du Championnat du Monde FIM Maxxis d’Enduro sont parfaitement réussis. Et tout ceci grâce à l’excellente organisation de Paul EDMONDSON et de son équipe du « Fast Eddy Racing » et des bénévoles d’Hawkstone Park soutenus par l’ACU qui ont géré avec beaucoup de maitrise cette première journée du Grand Prix FunnelWeb Filter de Grande Bretagne.

Tout était en place ce matin dès 10.00 pour le coup d’envoi de cette première journée qui proposait une alternance de Cross test et d’Enduro test pour cette découverte de l’Enduro Sprint. Il faut aussi avouer que le prestigieux site d’Hawkstone Park, dans le comté du Shropshire, a tous les atouts pour séduire ! Après avoir accueilli dans les années 1970/1980 les plus grandes stars du MX « à l’ancienne », le tracé Britannique proposait un terrain de jeu idéal aux stars de l’Enduro Mondial grâce à sa grande variété, à son grip sablonneux, et bien sûr aux efforts de Paul EDMONDSON qui aidé de Tom SAGAR et Daryl BOLTER avait concocté deux superbes spéciales parfaitement dans l’esprit de l’Enduro

Certains pourraient parler de « coup d’essai et de coup de maitre »…. Mais sans tomber dans l’exagération, avouons que les débuts de l’Enduro Sprint dans le cadre du Championnat du Monde FIM Maxxis d’Enduro sont parfaitement réussis. Et tout ceci grâce à l’excellente organisation de Paul EDMONDSON et de son équipe du « Fast Eddy Racing » et des bénévoles d’Hawkstone Park soutenus par l’ACU qui ont géré avec beaucoup de maitrise cette première journée du Grand Prix FunnelWeb Filter de Grande Bretagne.

Tout était en place ce matin dès 10.00 pour le coup d’envoi de cette première journée qui proposait une alternance de Cross test et d’Enduro test pour cette découverte de l’Enduro Sprint. Il faut aussi avouer que le prestigieux site d’Hawkstone Park, dans le comté du Shropshire, a tous les atouts pour séduire ! Après avoir accueilli dans les années 1970/1980 les plus grandes stars du MX « à l’ancienne », le tracé Britannique proposait un terrain de jeu idéal aux stars de l’Enduro Mondial grâce à sa grande variété, à son grip sablonneux, et bien sûr aux efforts de Paul EDMONDSON qui aidé de Tom SAGAR et Daryl BOLTER avait concocté deux superbes spéciales parfaitement dans l’esprit de l’Enduro !

EnduroGP
Coup d’essai, coup de maître !

Le sourire était ainsi de rigueur sur tous les visages du Paddock dès les premiers coups de gaz, tant ce pari tenté par la FIM, ABC Communication et l’organisation locale semblait gagné, comme le confirmaient les différents avis unanimes des acteurs de l’EnduroGP, conquis également par ce retour sur le sol Britannique.

Une catégorie EnduroGP qui entrait la première en lice avec six Enduro test à s’infuser d’affilée. Un exercice inhabituel qui comblait pourtant les protagonistes à l’issue du premier passage… « C’est très technique et exigeant et la journée sera difficile. Nous devons rester concentré en permanence entre chaque spéciale où nous nous donnons à fond ! » avouait ainsi Alex SALVINI (I – Beta) entre deux efforts chronométriques. Et ce surtout que son coéquipier de chez Beta, Steve HOLCOMBE (GB) lançait la course sur des bases très élevées et empilait les meilleurs temps de cet Enduro test les uns après les autres pour réaliser le grand chelem avec 6 victoires sur 6 ! Nanti d’un avantage de plus de 30 secondes sur ses principaux rivaux, l’officiel Beta virait donc nettement en tête à la mi journée avant d’affronter avec sérénité les six Cross test suivantes. Derrière, le leader du Championnat EnduroGP, le trio Christophe CHARLIER (F-Husqvarna), Loic LARRIEU (F-Yamaha), Matthew PHILLIPS (AUS – Sherco) n’amusait pas le terrain et restait en embuscade. L’officiel Sherco perdit le premier le contact avec le podium, sur une chute bénigne mais lourde de conséquences pour son classement. Mal parti Nathan WATSON (GB – KTM) entamait avec opiniâtreté, une solide remontée qui lui permettait de revenir en 4e position devant Alex SALVINI à la mi journée. De son côté David KNIGHT (GB – KTM) abandonnait trop vite sur des soucis mécaniques non sans avoir réalisé quelques beaux chronos dans le Top 8. Quand à Cristobal GUERRERO (E – Yamaha), il avouait tout simplement ne pas être dans le coup ! Comme Steve HOLCOMBE le matin dans l’Enduro test, Nathan WATSON fur le grand spécialiste et dominateur de la Cross test où il frôla lui aussi le grand chelem avec 5 victoires sur 6 ! Néanmoins l’important retard accumulé le matin (près d’1 minute) ne lui permit pas de venir inquiéter Steve HOLCOMBE pour la gagne, car celui-ci fut très brillant et régulier tout au long de l’après midi. « J’ai vraiment beaucoup travaillé cet été avec un entrainement intensif. Bien sûr, cette victoire me consolide en tête du Championnat et qui sait si demain soir, je n’aurais pas une très bonne surprise car il me faut encore prendre six points à Loïc LARRIEU pour espérer être titré devant mon public et surtout, sans attendre la finale ! » Et c’est donc un doublé britannique qui conclut cette grande première de l’Enduro Sprint sur les terres de la perfide Albion.
Loic LARRIEU (malgré une entorse à la cheville) et Christophe CHARLIER se mirent également en exergue pour la dernière marche du podium avec avantage au dernier nommé pour une malheureuse seconde et trois centièmes ! Une fois encore Jaume BETRIU (E – KTM) confirma son immense talent et sa polyvalence avec une belle 5eme place acquise devant Alex SALVINI. Matthew PHILLIPS ne se consolera probablement pas de sa 7eme place alors que Deny PHILIPPAERTS (I – Beta Boano) score un honorable 10eme rang…

GARCIA musèle les MCCANNEY !

La bagarre fit également rage en Enduro 2 entre le leader du championnat Josep GARCIA (E – KTM), Jamie MCCANNEY (GB – Yamaha) et les revenants Eero REMES (SF – TM) et Danny MCCANNEY (GB – Husqvarna). Et si « Pepino » GARCIA menait la course après les six Enduro tests, ses rivaux restaient en embuscade dans une poignée de secondes. Les frangins MCCANNEY sonnaient la charge devant leur public et enchainaient les succès dans la Cross test avant que Jamie, le benjamin, ne commette une grosse faute dans la CT 11 qui ruinait ses derniers espoirs de possible victoire. Josep GARCIA réalise donc une superbe opération et conforte ainsi de quelques points son avance au championnat sur l’officiel Yamaha. Il freine ainsi la domination britannique sur ce 7eme GP de la saison : « C’était mon premier Enduro Sprint et j’avoue que j’ai pris pas mal de plaisir. Je pense que le public a également apprécié car c’est beaucoup plus vivant et intéressant qu’un Enduro traditionnel avec ses liaisons parfois longues et sans réel intérêt sportif ». Retrouvé, Eero REMES est un remarquable second devant les deux MCCANNEY. Davide GUARNERI (I – Honda RedMoto) s’est bien comporté et ajoute une belle 5e place à son excellente fin de saison cependant que Pascal RAUCHENECKER (A – Husqvarna), vainqueur des deux dernières Cross tests, s’est réveillé un peu tard. Il finit 6eme devant Manuel MONNI (I – TM) et un bon « Bomber » alias Rudy MORONI (I – KTM).

FREEMAN et BARBOSA… Double plaisir !

Brad FREEMAN (GB – Beta Boano) comptait bien s’offrir lui aussi une « ballade à la HOLCOMBE » dans cette première journée de la catégorie Juniors… Si son objectif semblait se dessiner au bout des trois premières Cross tests (Les juniors évoluaient en parallèle mais à l’inverse des Seniors avec Cross test puis ensuite Enduro test), il dû composer avec le solide et redoutable Suédois Albin ELOWSON (Husqvarna) et à un degré moindre avec le leader de la catégorie l’Italien d’Honda RedMoto, Davide SORECA. Mais celui-ci lâcha vite prise dès les premières Enduro tests (il termine 4eme) alors que FREEMAN montait en puissance. Et la ténacité et le talent d’ELOWSON ne purent endiguer la marche victorieuse de FREEMAN qui fit ainsi sonner le «God Save the Queen » sur le podium. Matteo CAVALLO (I – Beta Boano) apporte un autre podium (3eme) à l’équipe Italienne aux couleurs de Costa Ligure alors que le Finlandais Eemil POHJOLA (SF – Husqvarna Kytonen) semble bien avoir récupéré de sa blessure printanière avec un prometteur 5eme rang obtenu devant Anthony GESLIN (F – Beta) qui est incontestablement le meilleur Junior français sur cette saison. A noter les débuts prometteurs de deux autres britanniques, à savoir Joseph WOOTTON (Husqvarna) 7eme et de Jed ETCHELLS (Sherco MPS) âgé de tout juste 17 ans et qui débuta la course dans le top 5 !

Mais la plus belle baston du jour eut pour cadre la catégorie Youth 125cc où le trio Andrea VERONA (I – TM), Leo Le QUERE (F – TM X Centric) et Ruy BARBOSA (CL – Husqvarna) fit le spectacle… Regroupé dans un mouchoir de poche à la mi course, ces trois espoirs mondiaux s’échangeaient les victoires de spéciales d’un test à l’autre. Le « déjà » Champion du Monde, Andrea VERONA céda le premier et termine 3eme avant que le breton LE QUERE, qui n‘était qu’à 4 secondes de BARBOSA après 10 chronos, ne s’incline lui aussi définitivement dans les deux dernières spéciales. Et c’est ainsi que Ruy BARBOSA offre une première victoire au team Zanardo de Franco MAYR tout en faisant retentir l’hymne Chilien pour son plus grand bonheur !

Trois heures de souffrance en vue…

L’Enduro Sprint est donc entré de plein pied et avec brio au cœur du Championnat du Monde d’Enduro… mais tout le Paddock, renforcé ici par plus de 150 pilotes nationaux (ils seront au total 220 au départ demain) a déjà les yeux et pensées rivées vers la deuxième journée de ce Grand Prix FunnelWeb Filter de Grande Bretagne avec la tant attendue GNCC (Cross Country). Une Endurance de 3 heures qui s’annonce éreintante avec ses deux ravitaillements, son départ en groupe derrière la grille, et son tracé de 12 minutes qui mixera Cross test et Enduro test… Le talent ne suffira pas : il faudra une condition physique à son zénith pour s’imposer demain à Hawkstone Park. Départ à 9.00 pour les Nationaux et à 12.00 pour le Championnat du Monde… Don’t miss it !

DIMANCHE

« Oh my God…what a race! » ce qui donne en Français « Quelle course! ». Les commentaires flatteurs sur la qualité des courses ne sont pas toujours légion ni unanimes… il n’empêche que la première GNCC (ou Cross Country ou Endurance) du Championnat du Monde FIM Maxxis d’EnduroGP disputée ce week-end à Hawkstone Park en Angleterre a quasiment fait l’unanimité !
Après les débuts prometteurs de l’Enduro Sprint la veille, les milliers de spectateurs britanniques qui avaient pris possession tout autour du site du GP FunnelWeb Filter du Royaume-Uni, se sont régalés du spectacle proposé par Paul EDMONDSON et toute l’équipe du Fast Eddy Racing. La course nationale disputée en matinée sur deux heures par plus de 150 pilotes « nationaux » contribua aussi à lancer les hostilités avant que les tops pilotes de l’EnduroGP prennent possession de la grille de départ juste avant midi.
Lancés par vague successives toutes les minutes, catégorie par catégorie, les stars de l’Enduro mondial devaient s’infuser trois heures d’efforts sur un circuit parfaitement maitrisé et conçu et qui mixait Cross Test et passages très techniques en sous bois comme seul l’Enduro traditionnel sait en proposer.

HOLCOMBE devra patienter…

La catégorie EnduroGP ouvrait le bal avec un Holeshot signé Steve HOLCOMBE (GB – Beta) alors qu’Alex SALVINI (I – Beta) et surtout Christophe CHARLIER (F – Beta) restaient scotchés sur la ligne de départ… Très concentré et déterminé devant son public, Steve HOLCOMBE imprimait un rythme d’enfer et seuls Nathan WATSON (GB – KTM) et à un degré moindre Loïc LARRIEU (F – Yamaha) mais aussi Jaume BETRIU (E – KTM) parvenaient à limiter les dégâts. Matthew PHILLIPS (AUS – Sherco), très malchanceux cette saison, était le premier à cocher son nom sur la liste des abandons au bout de quelques virages seulement, sur soucis mécaniques. Pendant ce temps, l’officiel Beta poursuivait son cavalier seul alors que le premier ravitaillement se profilait au bout des premières quarante cinq minutes. HOLCOMBE entrait le premier dans « les pits »… d’où il ne ressortait que dix minutes plus tard ! Le premier coup de théâtre de cette GNCC venait de se produire «Je ne sais pas ce qu’il s’est passé et si j’ai heurté un arbre ou un piquet mais j’ai cassé plusieurs rayons de la roue arrière de ma moto et celle-ci est très fragilisée ». Toute l’équipe du team Beta s’affaira pour rebloquer les rayons fragilisés alors que les minutes défilaient. Reparti en 8eme position, Steve HOLCOMBE ne revint jamais dans la course (5eme quand même) car il dû à chaque ravitaillement, prendre soin de cette roue arrière « défaillante » qui le contraindra à patienter jusqu’au GP d’Allemagne pour peut être décrocher la plaque de Numéro 1 de l’EnduroGP. Mais comme un britannique peut en cacher un autre, c’est Nathan WATSON qui s’empara de la tête de la course EnduroGP alors que Christophe CHARLIER pointait 6eme au bout de trois tours puis 4eme à la fin de la première heure. Et c’est l’officiel Husqvarna qui allait donnait de l’intensité et du suspens à cette deuxième moitié de course.

CHARLIER héroïque… WATSON supersonique !

Après avoir avalé BETRIU puis LARRIEU, le Corse grignotait son retard sur WATSON à l’issue également d‘un deuxième ravitaillement parfaitement maitrisé par le Team Husqvarna Factory. Reparti à 2 secondes du britannique, CHARLIER continuait sa remontée et s’emparait de la tête de la course au bout de la deuxième heure. Las l’officiel Husqvarna n’eut pas le loisir de savourer longtemps son leadership provisoire… « J’ai tapé très fort dans un arbre dans la partie technique et je suis encore sonné. Je ne me sens pas bien du tout et je me demande comment j’ai pu finir la course » avouait le Corse. Pourtant il fit preuve d’un courage exceptionnel jusqu’au bout de ces trois heures et ne renonça jamais et ce à moins de trente secondes de l’officiel KTM, pour s’écrouler au drapeau à damiers à la limite de la perte de connaissance « J’ai tout donné… mais la moto a aussi beaucoup souffert aussi dans cette chute ». Héroïque deuxième ? CHARLIER ne pouvait qu’applaudir la splendide victoire d’un très rapide Nathan WATSON… « C’est la course la plus dure que j’ai jamais faite de ma vie. Le circuit s’est beaucoup défoncé et physiquement je suis rincé mais tellement heureux de cette victoire devant mon public ! ». L’autre baston de la catégorie EnduroGP mis en lice Jaume BETRIU à Loïc LARRIEU ; podium en jeu ! Jamais très loin des deux leaders, le Catalan et l’officiel Yamaha se montrèrent très réguliers et efficaces et tout se joua dans le dernier tour pour la troisième marche du podium. Et alors que BETRIU possédait seulement 5 secondes d’avance, il céda dans le sous bois de la partie « Enduro test » à une attaque imparable de LARRIEU ! « Je ne pensais pas que c’était le dernier tour ! » pestait le pilote KTM Espagne à l’arrivée. Il a néanmoins une nouvelle fois prouvé son grand talent et son mental tout comme son compatriote Cristobal GUERRERO (E – Yamaha) remarquable 5eme.

RAUCHENECKER le plus fort d’entre tous !

La catégorie Enduro 2 fut aussi au diapason avec une baston mémorable. Comme CHARLIER en EGP, Jamie MCCANNEY (GB – Yamaha) prit un départ catastrophique. Il ne revint plus sur la tête de la course mais remontera à une courageuse 4eme place finale. C’est un trio Husqvarna qui virait en tête au premier virage emmené par Pascal RAUCHENECKER (A) et Thomas OLDRATI (I). Le bergamasque insuffisamment remis de sa blessure au poignet des ISDE ne tint pas longtemps le rythme alors que Josep GARCIA (E – KTM), Eero REMES (SF – TM) mais aussi Danny MCCANNEY (GB – Husqvarna) s’accrochaient à la roue de l’Autrichien.
Tour à tour REMES, puis GARCIA s’emparèrent brièvement du commandement… mais RAUCHENEKER était trop fort aujourd’hui ! « J’ai disputé plusieurs courses de ce type cet été et cela m’a bien préparé. J’ai bien géré mes deux premières heures de course et j’ai haussé le rythme dans la dernière heure. Et je suis très heureux évidemment d’être le premier Autrichien à gagner une épreuve du Championnat du Monde d’Enduro » ! L’officiel Husqvarna était vraiment trop fort à Hawkstone Park. Et il était si fort qu’il se permit le luxe de venir chercher pour la victoire « scratch » symbolique les pilotes EnduroGP WATSON et CHARLIER qu’il devança sous le drapeau à damiers… alors qu’il était parti une minute après eux ! Enorme performance donc pour RAUCHENECKER avec cette superbe victoire en E2 pour un doublé Husqvarna, puisque Danny MCCANNEY complète le succès des pilotes d’Andreas HÖLZL en attaquant avec succès dans les derniers passages Josep GARCIA (3eme) et Eero REMES (6eme) qui dû aussi composer avec une moto récalcitrante. Il se fera même passer par Davide GUARNERI (I – Honda Red Moto).

Brad FREEMAN (GB – Beta Boano) fut impérial en Catégorie Juniors… Parti comme un éclair, le pilote du team Boano ne fut inquiété que par lui-même en raison de quelques chutes qui l’obligèrent à des remontées incisives face à ses principaux rivaux du jour, en l’occurrence Albin ELOWSON (S – Husqvarna) et Davide SORECA (I – Honda RedMoto). Mais il ne fit pas le « yoyo » bien longtemps et s’impose facilement chez les moins de 23 ans et revient ainsi à deux points de SORECA au provisoire du Championnat avant la finale en Allemagne ! Le finlandais Eemil POHJOLA (Husqvarna Kytonen) et Anthony GESLIN (F – Beta) accrochent les premiers accessits.

Carton plein pour la GNCC et le Championnat…

Le suspens fut aussi à l’ordre du jour de la catégorie FIM 125cc avec le trio Ruy BARBOSA (CL – Husqvarna Zanardo), Léo LE QUERE (F – TM XCentric), Andrea VERONA (I – TM). Bien placé à quelques secondes de ces deux dauphins 2017, VERONA ne sembla pourtant jamais en mesure de venir inquiéter ceux-ci pour la gagne. Le protégé de Fred DI GIAMBATTISTA mena souvent la course de quelques longueurs devant le pilote Chilien mais un ravitaillement difficile lui fit perdre quelques secondes précieuses et le breton devra finalement s’incliner face à BARBOSA qui réalise un joli doublé ici en Angleterre.

Mais outre ces performances sportives, c’est surtout la difficulté de cette GNCC qui restera dans les mémoires des pilotes de l’EnduroGP à l’issue de ce Grand Prix FunnelWeb Filter du Royaume-Uni. Ereintés, ils ne tarissaient cependant pas d’éloges sur cette première parfaitement réussie et qui ne demande qu’à être reconduite. Ce qui ne devrait pas poser de problèmes tant l’ensemble des acteurs (FIM, promoteur, organisateurs, Teams, partenaires, spectateurs…) ont passés un superbe weekend en Angleterre dans ce Championnat du Monde d’Enduro qui lui aussi évolue et se modernise afin de rester dans l’air du temps !
Il ne reste plus maintenant qu’à décerner les titres d’une saison 2017 qui reste toujours aussi passionnante et indécise et rien de mieux pour cela que le prochain Grand Prix Acerbis d’Allemagne disputé dans le sanctuaire de Zschopau où 30 000 spectateurs attendent les HOLCOMBE, WATSON, LARRIEU, GARCIA et consorts…

Communiqué ABC Communication

    Discussion · Aucun commentaires

    Il y a 0 commentaire à propos de "EnduroGP en Angleterre : Holcombe devra attendre".

    Personne n'a encore posté de commentaire. Commencez la discussion !

    Les sites du groupe CPPRESSE : Trial Magazine | Génération Sans Permis | Boutique CPPRESSE | NextSpot | Casino Poker Mag | Auto-Entrepreneur | Foot en salle