Le Portugal accueillait le week-end dernier la deuxième des huit manches du championnat du Monde d’enduro. Nos deux pilotes avaient donc rendez-vous à Fafe, dans la région de Porto pour mener à bien leurs objectifs respectifs. Nicolas PAGANON se devait d’améliorer un classement qui ne reflétait pas son niveau de pilotage lors du Grand Prix d’Espagne tandis que Nicolas DEPARROIS avait comme but de faire aussi bien que la semaine précédente.
Alors que nous nous attendions à une météo clémente c’est finalement sous un ciel gris et des averses que les deux manches ont eu lieu. Rendues piégeuses et techniques, les spéciales ont imposées aux pilotes d’être très précis, en particulier dans la spéciale extrême qui a coûté cher à certains. Plus à son affaire sur les terrains gras, Nicolas PAGANON réalise un premier tour de course moyen et dès le second tour il augmente la cadence en approchant ses temps des leaders de la catégorie, remontant le classement pour se hisser finalement à la septième place du classement E2. De son côté Nicolas DEPARROIS souffre. Un choc à la jambe survenu en Espagne le pénalise énormément, un épanchement lui bloque la jambe droite. Malgré ce handicap Nicolas lutte dans le top 10 et parvient à conclure la journée neuvième.
 Nicolas DEPARROIS : « En Espagne je me suis mis un coup dans la jambe avec le guidon. J’ai eu mal toute la semaine et en prenant le départ samedi matin je serrais les dents. J’ai roulé toute la journée en évitant de poser le pied par terre du coup j’ai enchainé les chutes et j’ai perdu du temps dans toutes les spéciales. Les spéciales imposaient d’être très mobile sur la moto et cela m’a vraiment pénalisé ! Je sauve les meubles mais je suis impatient d’être sur les prochaines épreuves, ma moto est vraiment au top et le pilotage est une vraie partie de plaisir. »
Le lendemain les spéciales se sont défoncé et le bagage technique des pilotes fait la différence. Nicolas DEPARROIS sort son épingle du jeu malgré la douleur tenace qui réduit sa mobilité. Moins à son aise dans la spéciale extrême, il s’approche du podium lors de ses passages dans les deux autres secteurs chronométrés.  Sa régularité est payante puisqu’il termine septième du classement. De son côté Nicolas PAGANON se libère et montre de belles choses en accrochant à deux reprises le cinquième temps de la catégorie E2, une fois dans l’extrême et la seconde dans la cross-test. Il termine huitième à moins de deux secondes de la septième place .
Nos deux pilotes reviennent de la tournée ibérique avec des résultats prometteurs pour le reste du championnat. Nicolas PAGANON pointe à la septième place du classement provisoire tandis que son coéquipier ne lâche pas sa quatrième place chez les E1.
« Nos objectifs sont en train de se réaliser » Déclare Frédéric COLLIGNON le dimanche soir. « Nicolas Deparrois roulait blessé et malgré tout il fait plus que sauver les meubles en conservant sa quatrième place au provisoire. En E2 les place aussi sont chères et Nicolas Paganon a montré de belles choses se week-end, surtout le dimanche avec des temps très proches du podium. Il a les capacités pour transformer l’essai dès le Grand Prix d’Italie dans un mois. »
Retrouvez le team au grand complet ce week-end à Issoire à l’occasion de la deuxième manche du championnat de France.
A très bientôt,
Le Team Kawasaki Pulsion Moto