Quelques semaines après la tournée Portugal – Espagne, nous avons rencontré Giacomo REDONDI (I – Husqvarna). Après une année passée aux États-Unis, le Champion du Monde Junior 2016 a déjà signé trois podiums et une première victoire en carrière en E2. C’était donc le moment de recueillir ses impressions sur son bon début de saison et sa vie aux USA en 2018…

Bonjour Giacomo, c’est un vrai plaisir de vous voir de retour parmi nous. On sait qu’un retour en EnduroGP vous tenez réellement à cœur…
Giacomo REDONDI : « Bonjour ! Je suis vraiment très content d’être de retour sur l’EnduroGP pour rouler face aux meilleurs pilotes du monde ! Après avoir réalisé un de mes plus grands rêves l’an dernier en allant aux USA, j’ai décidé de revenir en 2019. Cela me tenir vraiment à cœur de rouler en EnduroGP et de me battre pour la victoire en GP et en E2. »

La tournée Portugal – Espagne s’est plutôt bien passée pour vous avec deux podiums et une Victoire. Est-ce que vous vous y attendiez ?
G.R : « J’ai travaillé vraiment dur cet hiver pour être prêt à 100% pour cette nouvelle saison. Lors du premier GP en Allemagne, nous avons été assez malchanceux donc j’ai décidé de ne rien change à ma préparation et de continuer à travailler dur et cela a porté ses fruits puisque je monte sur le podium au Portugal et remporte ma toute première victoire la semaine d’après en Espagne. Mais il ne faut pas se relâcher, continuer à travailler et on verra par la suite ce qu’il se passera dans une catégorie E2 bourrée de talents. »

Quel a été votre sentiment après la dernière Cross Test Maxxis, lorsque vous vous êtes rendus compte que vous aviez remporté votre première victoire en catégorie Senior ?
G.R : « Je ne pensais pas vraiment à la victoire E2 encore mais j’étais très content d’avoir remporté les trois Cross Test Maxxis de la journée. Après l’Xtreme Test Technomousse, j’ai vraiment célébré la victoire avec mon team. J’espère vraiment que c’est la première d’une longue série. »

Vous avez connu une belle année 2018 aux USA. Pourquoi avoir choisi de partir là-bas et rouler sur le WORCS ?
G.R : « Après ma 6ème place en EnduroGP en 2017, les offres de contrat que j’avais n’étais pas vraiment intéressant comparées à mes résultats. J’ai donc décidé de réaliser un de mes plus grands rêves et de m’exiler en Amérique. Je voulais vraiment vivre en Californie, c’est pour ça que j’ai choisi de rouler sur le WORCS. Je suis vraiment très fier d’avoir remporter le titre WORCS. Fier de moi et de ma petite équipe “maison” composée seulement de ma maman et de deux amis. Nous nous sommes battus face à pas mal de teams officiels. Nous avons travaillé tous les jours comme des acharnés pour aller chercher ce titre ! »

« Ça serait énorme de remporter le GP d’Italie ! »

Que pensez-vous que cela a apporté à votre pilotage mais aussi à vous-même ?
G.R : « Cela m’a apporté beaucoup de confiance en mes aptitudes et mon talent. Je pense que j’ai beaucoup amélioré mon pilotage là-bas et je veux me servir de cela pour franchir un cap. Chaque année, le niveau de l’EnduroGP est de plus en plus haut et je me dois de garder ce rythme pour toujours rester compétitif ! »

Malgré votre année aux USA, vous rouliez toujours avec Honda Redmoto en Europe. Pourquoi avoir décidé de changer et de travailler avec Franco MAYR et son team Jolly Racing en 2019 ?
G.R : « J’étais vraiment très satisfait de ma KTM aux USA, j’ai donc décidé de rouler sur une moto assez similaire en EnduroGP. J’ai choisi Franco et son team car je crois vraiment en eux et ils ont tout pour m’aider à atteindre mes objectifs. Et nous sommes plutôt bien parties. J’aime beaucoup travailler avec eux et je pense tout simplement que c’est le meilleur choix possible. »

Quel est votre meilleur souvenir sur le Championnat du Monde d’Enduro ?
G.R : « Mon meilleur souvenir reste la Finlande en 2012 où j’ai pris la 5ème place du scratch officieux le deuxième jour sur ma 125cc. Quand je comparais mes temps avec la catégorie E1, j’étais 2nd derrière Simone ALBERGONI (I) et juste devant Antoine MEO (F). »

10 ans après vos débuts en Enduro à Lovere, vous serez de retour sur les Valli Bergamasche dans deux semaines. Est-ce que vous allez ressentir plus de pressions ?
G.R : « Ce serait énorme de monter sur le podium et peut-être gagner le Grand Prix d’Italie ! C’est mon objectif à chaque round désormais donc je ne ressentir pas plus de pression mais je suis très excité à l’idée de rouler dans mon pays, près de chez moi, devant mon public et dans un endroit reconnu par tous les fans d’Enduro. Je suis sûr que nous verrons beaucoup de spectateurs durant tout le weekend. »

Vous occupez provisoirement la 3ème place en E2 après trois GP, quel est votre plan désormais ?
G.R : « Je n’ai pas réellement de plan cette année. Comme je vous ai dit, la catégorie E2 est complétement folle ! J’ai commencé la saison avec un abandon et maintenant je suis troisième mais nous devons continuer de se battre car il y a beaucoup de pilotes capables de gagner. Vous pouvez gagner une journée puis finir 5 ou 6ème le lendemain donc il faut continuer à travailler, à rester concentrer et à donner le meilleur. Nous allons voir course après course ce que cela donne et on fera les comptes à la fin de l’année. »

Communiqué ABC Communication