Comme chaque jour depuis le début de la semaine, les Trophée et Juniors français ont remporté vendredi la cinquième journée de course, augmentant de façon insolente leur avance au provisoire. Plus de 14 minutes pour les «grands» (USA en 2e position) 6 pour les «jeunes» (Italie 2e), il faudrait vraiment une catastrophe ou bien des faits de course hors normes pour modifier la donne. Ce matin, tout le monde s’interroge sur la tenue du motocross final, compte tenu de la météo. Il pleut des cordes, et l’accès au terrain (à une cinquantaine de kilomètres d’Olbia) n’est pas forcément prévu pour recevoir autant de fourgons.

Antoine Meo en tête du scratch
Au-delà du classement par équipes, les pilotes ont eu toute la semaine le regard rivé sur l’incontournable scratch individuel, qui mêle trophée mondial et junior. Si Daniel Milner, le jeune pilote australien de 22 ans, a fait sensation les premiers jours, en narguant un Antoine Meo aux prises avec les réglages de sa nouvelle moto (la 300 EXC de Nambotin), ce dernier a repris rapidement la main. Suivi comme son ombre par une «colonne française» pour reprendre l’expression de Fred Weill, composée de : Pela Renet (3e), Johnny Aubert (4e), Loïc Larrieu (7e), Mathias Bellino (10e), Jérémy Joly (16e), Fabien Planet (24e)… A partir de mardi, l’ordre de départ était établi par rapport au scratch de la veille. «Hier, en sept minutes nos pilotes étaient tous passés, et je croisais mes confrères managers en repartant des spéciales. Eux arrivaient seulement… » raconte Fred Weill. Certes Rodrig Thain n’a pas réussi à se mettre dans le coup sur cette épreuve, mais il n’a pas baissé les bras et il a rentré la moto au parc fermé chaque soir…  En Junior, le rythme imprimé par Loïc Larrieu et Mathias Bellino a tiré vers le haut les deux autres Juniors. Tout le monde se réjouit de voir Kévin Rohmer au bout de ces Six Jours, lui qui avait été gravement blessé en 2012. Swan Servajean apprend de son côté le métier.

Bref, on n’a pas fini de se féliciter des performances tricolores. «On a fait du bon boulot. On a été constants, réguliers, consistants. Tous les jours, on a été tous là, personne n’a vraiment fait d’erreur dans l’équipe. C’est vraiment top. On a essayé de tous se motiver, de faire attention à chacun d’entre nous, pas question d’en perdre un en route» commente même un Antoine Meo sérieux et qui promet d’être sage au cross final.

Quant aux féminines françaises, Audrey Rossat et Géraldine Fournel, elles ont passé une dure semaine. Entre l’abandon de Juliette Berrrez dès le premier jour et la vitesse des Australiennes, elles ont dû puiser au fond d’elles-mêmes pour aller au bout. L’espoir était revenu jeudi avec la nouvelle boucle annoncée plus technique, et elles pensaient pouvoir peut-être refaire leur retard en liaison. Mais les autres Nations n’ont pas faibli. Elles ont quand même réussi à préserver leur 3e place.

Infos et photos Bénédicte Simon
Plus de photos sur la Page Facebook Enduro Mag 

Les résultats par catégorie après 5 jours et avant le motocross. La suite tout à l’heure… 
WorldTrophy
Junior
Women