Pour la dixième édition de l’Afriquia Merzouga Rally, on ne peut pas dire que la liste des invités aient répondu au faire-part d’ASO.
Seuls Yamaha et Sherco ont en effet répondu à l’appel, désertant par là-même l’ouverture du championnat du monde des rallyes-raid. Une concordance de date qui explique tout. KTM et Honda ont pour habitude de s’engager sur la série FIA. Donc pas de Katé ni de HRC officielles au Maroc et des équipes Yamaha et Sherco pas au complet non plus.
Chez les bleus en effet, Xavier de Soultrait s’est fait retirer il y a trois semaines ses broches au coude qu’il trainait depuis son crash au Dakar 2018 était forfait. Franco Caimi, toujours pas remis de son fémur, restait donc Adrien van Beveren, seul représentant officiel du team Yamaha. A ses côtés quand même, Jamie Mc Canney, le poulain de Marc Bourgeois qui fait ici ses débuts en rallye-raid sous la tente Dragon, la structure B des Blue dédiée aux clients et pilotes en devenir. Un bonne manière de ne pas coller la pression aux new comers, un bon point pour la sécurité des pilotes.

VBA prend les commandes
Chez Sherco, Mika Metge est venu sans son frère, lui aussi toujours convalescent, épaulé par deux pilotes indiens TVS. Dans un camp comme dans l’autre, on ne peut donc compter que sur un seul homme pour aller chercher la victoire. C’est ce que VBA a fait ce premier jour, avec 4’07 d’avance sur Stefan Svitko (KTM), déjà vainqueur de la course et souvent le meilleur non officiel des courses internationales. Mickaël Metge pointe troisième à 9’15. Joaquim Rodrigues de chez Hero complète le carré d’as à 13’34.
Prudent, Jamie Mc Canney termine à une heure et quart du leader après plusieurs erreurs de navigation. Le métier qui rentre en douceur.
VBA qui faisait office de favoris tient pour l’instant son rang. Mais il reste encore quatre journées à disputer avec des nouvelles règles testées par ASO à ingurgiter.

Labo ASO

ASO essaye en effet pas mal de nouveautés. Un GPS espagnol Stella 2 en 1 regroupant GPS et Sentinel avec une position au plus haut de l’araignée et plus sur les pontets comme le modèle tricolore ERTF. Un instrument déjà utilisé par certains pilotes en Espagne et en Amérique Latine. Un vrai plus en termes de sécurité puisque ainsi positionné il évite le mouvement de va et vient, souvent l’origine des accidents. David Casteu nous a décortiqué en live sur notre page FB que vous pouvez visionner pour bien comprendre.
A l’arrivée à l’hôtel Xaluca, les dix premiers se sont vu marqué leurs pneus et deux heures de mécaniques avec mise en parc fermé ont remis de l’enduro dans le rallye. Là encore, vous pouvez retrouver sur notre FB la vidéo de l’arrivée de VBA donnant ses consignes au staff bleu. Comme si vous y étiez, sans commentaire d’abord puis votre serviteur a questionné le nordiste.
ASO cherche à retrouver les valeurs d’économie de la mécanique d’antan pour freiner les pilotes. Un test grandeur nature qui interdit donc aux dix premiers ici de changer leurs pneus chaque jour. Gommes neuves un jour sur deux donc ! Les road-book seront aussi remis le matin même et non la veille d’ici quelques jours.

L’Afriquia Merzouga Rally est le petit laboratoire d’ASO dont le grand sorcier est désormais David Castera, venu découvrir la course et donner le départ avant de filer vers les bureaux parisiens de la maison mère.

Suivez-nous demain pour de nouveaux live FB. On va vous faire une petite visite de QG de la course en mode tour du propriétaire…